Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Clôture du Festival du film de Busan en toute sécurité sur fond de pandémie de Covid-19

Sport/Culture 15.10.2021 à 16h27
Le tapis rouge lors de la cérémonie d'ouverture du 26e Festival international du film de Busan (BIFF) tenue au Centre du Cinéma de Busan (BCC), le mercredi 6 octobre 2021.
Le réalisateur et les acteurs du film d'ouverture «Heaven: To the Land of Happiness» assistent à un programme spécial tenu au théâtre en plein air du Centre du Cinéma de Busan (BCC), durant le 26e Festival international du film de Busan (BIFF), le vendredi 8 octobre 2021.
Des travailleurs sanitaires désinfecte une salle de cinéma au Centre du Cinéma de Busan (BCC), durant le Festival international du film de Busan (BIFF), le samedi 9 octobre 2021.

SEOUL, 15 oct. (Yonhap) -- Le 26e Festival international du film de Busan (BIFF) vient de s'achever ce vendredi, après avoir expérimenté avec succès un retour à la normale dans un contexte de pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19).

Lors de l'édition 2021 du BIFF, qui a débuté le 6 octobre pour 10 jours, un total de 223 œuvres de 70 pays ont été projetées au Centre du Cinéma de Busan (BCC), avec comme film d'ouverture «Heaven: To the Land of Happiness».

«Nous sommes enfin arrivés au dernier jour, après avoir surmonté beaucoup de difficultés, comme les questions liées au virus», a déclaré le président du BIFF Lee Yong-kwan lors d'une conférence de presse en ligne. «Tous les acteurs et réalisateurs coréens conviés et quelques invités étrangers ont participé à cet événement en subissant le processus d'auto-isolement.»

Le plus grand festival de film d'Asie a levé le rideau avec une cérémonie d'ouverture sur place rassemblant 1.200 spectateurs, en se focalisant davantage sur des événements et projections hors ligne. L'année dernière, Le BIFF était de taille réduite à cause de la pandémie, sans cérémonies d'ouverture et de clôture, sans événements extérieurs ni aucun invité étranger.

Plusieurs centaines de cinéastes coréens et étrangers, dont le réalisateur oscarisé Bong Joon-ho, sont arrivés sur le tapis rouge dans ce qui marque le premier événement public massif en présentiel depuis environ deux ans en Corée.

Les projections de films sont retournées presque à la normale, alors que toutes les œuvres invitées ont été projetées sur six écrans, mais avec une jauge de spectateurs réduite à 50%. D'autres programmes en personnes comme les séances de discussion avec les acteurs et réalisateurs se sont déroulés en respectant les protocoles stricts liés au Covid-19.

Les officiels du BIFF ont indiqué qu'il y a eu seulement un cas confirmé durant le festival de 10 jours et qu'aucune transmission supplémentaire n'a été rapportée.

Plus tôt cette semaine, un des membres de l'équipe managériale d'un acteur a été testé positif au Covid-19, après être retourné à Séoul. Depuis, toutes les personnes qui ont eu un contact étroit avec ce patient ont subi des tests et ont reçu des résultats négatifs, selon le BIFF.

«Organiser ce grand événement à un niveau normal est comme marcher sur une corde raide», a souligné le directeur en chef du festival, Hun Moon-young.

«Nous avons respecté strictement les directives antivirus. Un participant a été testé positif mais aucune infection supplémentaire n'a été signalée. Je pense que c'est un des résultats de nos efforts.»

Le BIFF a fait savoir que pas moins de 76.000 personnes ont visité le festival, une forte hausse par rapport aux 18.000 de l'année dernière. Ce chiffre représentait 92% des 95.000 tickets disponibles cette année.

Le prix dans la principale catégorie de la compétition, New Currents, a été décerné à «Farewell, My Hometown» du réalisateur chinois Wang Er Zhuo et à «The Apartment with Two Women» de la réalisatrice sud-coréenne Kim Se-in.

Les réalisateurs indien et philippin ont partagé le prix Kim Ji-seok. «The Rapist» d'Aparna Sen et «Gensan Punch» de Brillante Mendoza ont reçu le prix portant le nom d'un défunt directeur en chef de la programmation du BIFF, qui a contribué à faire découvrir de nouveaux films asiatiques et a soutenu de jeunes cinéastes d'Asie.

Le prix Mecenat du BIFF a été attribué à «206: Unearthed» du Sud-Coréen Heo Chul-nyung et «Self-Portrait: Fairy Tale in 47KM» du Chinois Zhang Mengqi, tandis que «A Winter Glove» de la Sud-Coréenne Lee Hyeon-ju et «The Sea Calls for Me» de l'Indonésien Tumpal Tampubolon se sont vus attribuer le prix Sonje.

Les Coréens Kwon Daham et Im Jee-ho ont remporté les prix du meilleur acteur et de la meilleure actrice, pour leur rôle dans «Through My Midwinter» et «The Apartment with Two Women», respectivement.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page