Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(FOCUS) Disparition de l'ancien président Roh Tae-woo, dernier chef d'Etat issu de l'armée

Actualités 26.10.2021 à 17h17
L'ancien président Roh Tae-woo s'est éteint ce mardi 26 octobre 2021. Il fut le 13e président de la république de Corée (1988-1993). Ci-dessus, Roh Tae-woo lors de la cérémonie d'investiture en 1988. (Photo d'archives Yonhap)
Chun Doo-hwan (à dr.) et Roh Tae-woo au tribunal pour le procès de la violente oppression militaire du mouvement pour la démocratisation du 18-mai 1980 à Gwangju. (Photo d'archives)

SEOUL, 26 oct. (Yonhap) -- Roh Tae-woo, ancien président (1988-1993) et dernier chef d'Etat de la République de Corée issu de l'armée, est décédé ce mardi à l'hôpital de l'université nationale de Séoul à l'âge de 88 ans en raison d'une maladie chronique.

Il avait été opéré pour un cancer de la prostate en 2002 et recevait depuis des soins médicaux suite à une dégradation de son état santé. Il a été hospitalisé récemment mais n'a pas pu se rétablir.

Voici les faits marquants de la vie de l'ancien président.

◇ Numéro 2 du régime militaire

Roh, né le 4 décembre 1932 à Daegu, a passé sa jeunesse dans la capitale de la province du Gyeongsang du Nord. Sorti du lycée de Gyeongbuk, il a intégré l'Ecole militaire de l'armée de terre durant la guerre de Corée (1950-1953).

Il a fait partie de la première promotion de cadets ayant obtenu quatre ans de formation à l'Ecole militaire tout comme Chun Doo-hwan, son prédécesseur au poste de chef de l'Etat, le protagoniste de l'insubordination militaire du 12 décembre 1979, une action considérée comme un coup d'Etat.

Avec cette révolte, le nouveau groupe militaire a pris le pouvoir en accusant les supérieurs d'être impliqués dans l'assassinat de l'ancien président Park Chung-hee, le 26 octobre 1979, tout en profitant de l'absence de pouvoir réel sous le président par intérim Choi Kyu-hah après l'assassinat de Park.

Ce régime militaire dirigé par Chun, avec l'appui du nouveau groupe militaire issu de l'Ecole militaire de l'armée de terre, a réprimé brutalement le mouvement pour la démocratisation du 18-mai 1980 à Gwangju, et Chun est devenu le 11e président de la République en septembre de la même année.

Roh, le numéro deux de ce nouveau groupe militaire, a occupé de hauts postes de commandant au sein de l'armée puis a quitté sa carrière militaire avec le grade de général quatre étoiles en 1981 et est devenu aussitôt ministre sans portefeuille chargé d'affaires politiques. Il a ensuite pris la tête du Parti de la démocratie et de la justice, créé par le président Chun à l'époque.

◇ Déclaration du 29-Juin

Le basculement de général d'armée à homme politique en six ans a été grandement marqué par la déclaration du 29-Juin 1987, marquant l'acceptation du système de suffrage direct pour l'élection présidentielle. Cette décision aurait été prise par lui-même contrairement à la volonté du président Chun à l'époque, est considérée effectivement comme une ouverture de la voie vers la démocratisation du pays acquis par le peuple.

A peine un an avant l'ouverture des Jeux olympiques de Séoul, le désir du peuple envers la démocratie était à un point d'ébullition avec la mort d'un jeune étudiant sous la torture des services secrets et avec l'affaire de falsification par les autorités sur la cause de cette mort. A la veille du 10 juin 1987, le jour d'un grand rassemblement pour une contestation de cette affaire, un autre jeune étudiant de l'université Yonsei a été tué par une bombe lacrymogène lancée par la police.

La mort de ce jeune, Lee Han-yeol, a mis de l'huile sur le feu. La contestation des manifestants s'est étendue à l'échelle nationale et, durant les 20 jours qui ont précédé la déclaration du 29-Juin, la colère des jeunes étudiants et leur contestation ont obtenu des opinions favorables et beaucoup de citoyens ont même participé massivement à ces manifestations.

◇ 13e président de la République

Ce mouvement démocratique a fait reculer le régime militaire de Chun puis Roh a résolu cette crise avec sa déclaration jugée historique malgré le débat sur l'identité du décideur. A seulement deux mois d'intervalle, Roh a été désigné candidat officiel de son parti politique alors qu'il menait sa campagne présidentielle à la fin de 1987 avec le slogan «L'ère d'un homme bien ordinaire !» pour tenter de faire oublier son image de général militaire.

Elu en 1987 au poste de 13e président en profitant d'une scission entre candidats de l'opposition, Roh est entré en fonction avec la tâche d'organiser les Jeux olympiques de Séoul, en 1988, qui ont été un succès. En cherchant l'ouverture vers les pays du bloc communiste, notamment la Russie et la Chine, il a réussi à nouer des relations diplomatiques avec ces deux pays, en 1990 et 1992 respectivement.

L'adhésion du pays aux Nations unies avec la Corée du Nord s'est faite en 1991 sous sa gouvernance. Il a également tracté la Déclaration commune des deux Corées sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne, pour un abandon des programmes nucléaires des deux parties.

◇ Déclin avec des affaires de corruption

En passant le pouvoir en 1993 à Kim Young-sam, le premier président issu de la classe politique et du civil, Roh Tae-woo a été aussitôt emmêlé dans une affaire de corruption d'un montant pharaonique, déclenchée en 1994 par un député. Il a ensuite été placé en détention, en 1995, puis condamné à 15 ans de prison ferme avec une amende de 262,8 milliards de wons (plus de 200 millions d'euros).

En 1997, l'instance suprême de la Justice l'a par ailleurs condamné à 17 ans de prison ferme et à 268,8 milliards de wons d'amende pour la révolte militaire du 12 décembre 1980 et l'extension de la loi martiale du 17 mai 1980, la veille du soulèvement pro-démocratique de Gwangju. Mais il a été gracié par le président Kim Young-sam à la fin de l'année 1997 et a été réhabilité en 1998 par le président entrant à l'époque, Kim Dae-jung.

Depuis les années 2000, juste après sa réhabilitation, la santé de Roh a subi une dégradation générale, ce qui l'a empêché de poursuivre sa carrière politique. En ce qui concerne les amendes colossales infligées, il a achevé les paiements en septembre 2013.

Il laisse dans le deuil son épouse Kim Ok-suk, sa fille Roh Soh-yeong et son fils Roh Jae-heon. La fille de Roh est actuellement en procédure de divoce avec Chey Tae-won, le patron du groupe SK.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page