Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) La Corée du Sud tiendra des funérailles d'Etat pour l'ancien président Roh Tae-woo

Actualités 27.10.2021 à 15h58
La chapelle ardente de l'ancien président Roh Tae-woo est installée à l'hôpital de l'université nationale de Séoul, le mercredi 27 octobre 2021.
La chapelle ardente de l'ancien président Roh Tae-woo est installé à l'hôpital de l'université nationale de Séoul, le mercredi 27 octobre 2021.
L'ancien président Roh Tae-woo déclare la guerre contre les crimes le 13 octobre 1990. (Photo d'archives Yonhap)
Le Premier ministre Kim Boo-kyum et d'autres membres du cabinet observent une minute de silence pour rendre hommage à l'ancien président Roh Tae-woo, lors d'une réunion du cabinet le mercredi 27 octobre 2021.

SEOUL, 27 oct. (Yonhap) -- Des funérailles d'Etat seront organisées pour l'ancien président défunt Roh Tae-woo, a déclaré ce mercredi le Premier ministre Kim Boo-kyum.

Kim a dévoilé la décision durant une réunion du cabinet, disant que Roh a fait d'importantes contributions au développement de la nation, en tant que 13e président du pays.

«Avec les membres du cabinet, j'offre mes plus sincères condoléances suite au décès de l'ancien président Roh Tae-woo et je transmets ma profonde sympathie à sa famille», a indiqué Kim. «Le gouvernement tiendra des funérailles d'Etat et les préparera minutieusement avec respect pour que le peuple puisse rendre hommage à sa contribution.»

Kim, qui dirigera le comité de funérailles d'Etat, et d'autres membres du cabinet se rendront à la chapelle ardente plus tard dans la journée.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué que les funérailles d'Etat se dérouleront pendant cinq jours jusqu'à samedi et le site d'enterrement sera déterminé après des consultations avec la famille de Roh.

«Bien que Roh ait des défauts historiques concernant le coup d'Etat du 12 décembre et le soulèvement pro-démocratie du 18 mai, il a fait des contributions avec sa Nordpolitik après avoir été élu à travers un vote direct et a fait des efforts pour payer son amende», a déclaré le ministère dans un communiqué.

Le ministère a indiqué que Roh ne sera pas enterré dans un cimetière national, une loi stipulant que ceux qui sont reconnus coupables d'un crime et qui ont purgé une peine de prison ne peuvent pas être enterrés dans un cimetière national.

La famille de Roh a déclaré plus tôt qu'elle souhaitait enterrer le défunt dans la ville frontalière de Paju, au nord de Séoul.

Pour des funérailles d'Etat, le gouvernement couvre les frais de l'autel de Roh ainsi que les cérémonies d'adieux et d'enterrement.

En vertu de la loi, des funérailles d'Etat ont lieu si un ancien, actuel ou un président élu est mort. Mais la loi ne précise pas si des obsèques d'Etat sont possibles s'ils ont commis un crime grave, comme un coup d'Etat militaire.

Le chef du cabinet présidentiel You Young-min, a dit à des députés mardi que des funérailles d'Etat pour Roh sont «possibles mais cela nécessite un processus».

Roh est devenu le numéro deux après avoir aidé l'ancien président Chun Doo-hwan à prendre le pouvoir suite à un coup d'Etat militaire en décembre 1979 dans un contexte de vide du pouvoir créé par le décès de l'ancien président Park Chung-hee.

La junte de Chun a été accusée d'avoir violemment réprimé un soulèvement pro-démocratie en 1980 à Gwangju, qui a fait plus de 200 morts et 1.800 blessés, selon des données officielles.

Certains députés du parti au pouvoir, le Parti démocrate (PD) ont exprimé leur opposition à la tenue de funérailles d'Etat pour Roh, invoquant son rôle dans le coup d'Etat militaire.

«Si la république de Corée tient des funérailles d'Etat pour un principal coupable de mutinerie, elle se dénèguerait en tant que république de Corée», a indiqué le député du PD Oh Gi-hyoung sur Facebook.

Le lieu où les restes de Roh seront enterrés attire également l'attention. La famille de Roh a dit qu'elle était en train de discuter avec le gouvernement à ce sujet.

La famille a rendu public mardi le dernier message du défunt, qui a demandé pardon pour ses «fautes», apparemment faisant référence à son rôle très critiqué dans un coup d'Etat militaire de 1979 et la répression sanglante contre le soulèvement pro-démocratie dans la ville de Gwangju l'année suivante.

«J'ai fait de mon mieux mais maintenant je demande sincèrement pardon pour mes défauts et mes fautes» , a-t-il déclaré, selon sa famille.

«Je me sens très reconnaissant et honoré d'avoir humblement accepté mon destin et d'avoir servi la grande république de Corée et son peuple», a-t-il ajouté.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page