Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(3e LD) Présidentielle 2022 : l'ancien procureur général Yoon nommé candidat officiel du PPP

Actualités 05.11.2021 à 18h17
L'ancien procureur général Yoon Seok-youl salue après avoir remporté l'investiture présidentielle du Parti du pouvoir du peuple lors d'une convention nationale, au musée et à la bibliothèque Kim Koo à Séoul, le 5 novembre 2021. (Yonhap)
Les candidats de la primaire de la principale formation de l'opposition, Parti du pouvoir du peuple (PPP), en vue de l'élection présidentielle saluent les participants du 2e congrès du parti tenu le vendredi 5 novembre 2021 au musée Kim Koo à Séoul. Le PPP sélectionnera aujourd'hui son candidat officiel pour la présidentielle. De gauche à droite, les quatre finalistes de la primaire du PPP : l'ancien gouverneur de Jeju Won Hee-ryong, l'ancien député Yoo Seong-min, l'ancien procureur général Yoon Seok-youl et le député Hong Joon-pyo. (Joint Press Corp-Yonhap)
Lee Jun-seok (à gauche), chef du principal parti d'opposition, le Parti du pouvoir du peuple, aide l'ancien procureur général Yoon Seok-youl à enfiler une veste après avoir été élu candidat à la présidence du parti lors d'une convention nationale, au musée et à la bibliothèque Kim Koo à Séoul, le 5 novembre 2021.

SEOUL, 05 nov. (Yonhap) -- L'ancien procureur général Yoon Seok-youl a remporté ce vendredi la primaire du Parti du pouvoir du peuple (PPP), principale formation d'opposition, en vue de l'élection présidentielle de l'année prochaine, un résultat qui place le novice en politique et le défenseur de l'Etat de droit face à un homme politique cherchant à élargir la domination progressiste à quatre mois de l'élection.

Yoon a obtenu 47,85% des votes dans un sondage effectué pendant quatre jours auprès des membres du parti et du grand public cette semaine, devant le député Hong Joon-pyo (41,5%).

L'ancien député Yoo Seong-min a obtenu 7,47% des suffrages alors que l'ancien gouverneur de Jeju Won Hee-ryong a rassemblé 3,17% des voix.

Les résultats ont été annoncés lors d'une convention nationale au musée Kim Koo à Séoul. La primaire du PPP a été menée en trois étapes au cours des 72 derniers jours.

«J'accomplirai un changement de gouvernement sans faute et mettrai fin à la politique de division, de colère, de corruption et de pillage», a déclaré Yoon dans son discours d'acceptation.

Il a décrit la prochaine élection comme une bataille entre les «rationalistes et populistes» et entre un candidat de «bon sens» et un autre dépourvu de bon sens, faisant référence au candidat du Parti démocrate (PD), Lee Jae-myung.

«Je vous demande de juger la tentative affreuse de chercher une victoire sans principe à travers un candidat incarnant la division et le populisme», a-t-il martelé.

Hong, Yoo et Won ont immédiatement accepté leur défaite.

L'élection présidentielle du 9 mars 2022 se dessine comme une course à quatre impliquant Lee, le candidat du PPP, Ahn Cheol-soo du Parti du peuple et Sim Sang-jeung du Parti de la justice, qui ont déclaré leur candidature.

Yoon est devenu un grand favori de l'opposition lors de son conflit avec le gouvernement Moon Jae-in sur la réforme du Parquet et des enquêtes politiquement sensibles.

Une victoire de l'ancien procureur général âgé de 60 ans à la primaire du PPP avait largement été prévue mais une récente montée en puissance de Hong dans des sondages avait rendu les résultats imprévisibles.

«Maintenant, nous formons une seule équipe», a déclaré Yoon. «Nous n'avons même pas la liberté d'être divisés devant la grande cause qu'est le changement de régime. Si nous ne sommes pas à la hauteur des désirs brûlants du peuple, nous commettrons tous un péché durable devant le peuple et l'histoire.»

La plus grande force de Yoon résiderait dans sa réputation d'être fidèle aux principes et à l'Etat de droit, comme démontré dans ses enquêtes sur des poids lourds des camps aussi bien conservateur que progressiste au cours de sa carrière au sein du Parquet.

Il s'est fait un nom en 2013 en enquêtant sur des allégations selon lesquelles le Service national du renseignement (NIS) s'est mêlé à la campagne présidentielle de 2012 pour aider la candidate du parti au pouvoir de l'époque, Park Geun-hye, à être élue.

Yoon a également supervisé une enquête hautement controversée contre Cho Kuk, membre de l'entourage proche de Moon et candidat désigné au poste de ministre de la Justice, peu après que le président l'a nommé procureur général en juillet 2019.

«J'ai été témoin de la façon dont les politiques de l'Etat s'écartaient de la loi et changeaient sur simple ordre du président», a déclaré Yoon. «Je deviendrai un président qui écoute et communique, un président qui prend ses responsabilités, un président qui est sincère et un président qui n'abuse pas du pouvoir.»

Yoon a déclaré qu'il pense que la volonté du peuple de le convoquer en politique est pour qu'il corrige les injustices endémiques de la société avec équité et sans céder aux pressions politiques.

S'en prenant directement à Lee, qui a été accusé d'être impliqué dans un vaste scandale de corruption dans le domaine du développement, il a déclaré que sa «raison d'être» était de déraciner les milieux corrompus et de réformer l'establishment politique.

Lee a félicité Yoon pour sa nomination.

«Plutôt que de nous engager dans une lutte politique, j'espère que nous nous affronterons en toute bonne foi sur la manière d'améliorer la vie des gens et de rendre le pays plus porteur d'espoir», a-t-il déclaré aux journalistes lors d'une visite dans la ville de Daegu, dans le sud-est du pays.

Les critiques estiment cependant que Yoon a fait preuve d'une mauvaise connaissance des questions politiques et a peu de chance contre le candidat du parti au pouvoir, Lee Jae-myung, qui a des années d'expérience dans la gestion des affaires municipales et provinciales, et qui s'est également présenté à la présidence en 2017.

De plus, Yoon a provoqué des haussements de sourcils en faisant une série de gaffes et de remarques désobligeantes qui ont récemment suscité la colère des électeurs des provinces du Jeolla, dans le sud-ouest du pays, bastion du parti progressiste au pouvoir.

Les promesses de campagne de Yoon comprennent l'augmentation de l'offre de logements pour maîtriser la flambée des prix de l'immobilier et diverses mesures visant à fournir une éducation «équitable» et d'autres opportunités aux jeunes.

En politique étrangère, il a promis de renforcer la coopération Corée du Sud-Etats-Unis contre les menaces nucléaires et balistiques de la Corée du Nord, notamment par le biais d'exercices réguliers de déploiement de forces nucléaires.

Dans une course hypothétique à plusieurs candidats, Yoon avait 35% de soutien, suivi de Lee (30%), Ahn (7%) et Sim (6%), selon un sondage d'opinion réalisé de lundi à mercredi par Embrain Public, Kstat Research, Korea Research et Hankook Research.

Le sondage a été mené auprès de 1.004 adultes et comporte une marge d'erreur de 3,1 points de pourcentage et un niveau de confiance de 95%.

as26@yna.co.kr

lsr@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page