Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Séoul et Washington discutent de la Corée du Nord et de la déclaration de fin de guerre

Corée du Nord 17.11.2021 à 14h40

SEOUL/WASHINGTON, 17 nov. (Yonhap) -- Le vice-ministre sud-coréen des Affaires étrangères s'est entretenu avec son homologue américaine et a discuté des moyens de ramener la Corée du Nord au dialogue, y compris grâce à la déclaration éventuelle de la fin officielle de la guerre de Corée (1950-1953), a déclaré ce mercredi son ministère.

Au cours d'un entretien d'une heure à Washington, mardi (heure locale), le haut diplomate sud-coréen Choi Jong-kun et la secrétaire d'Etat adjointe américaine Wendy Sherman ont également discuté de l'alliance et d'autres questions d'intérêt commun, y compris des vaccins contre le Covid-19 et de la crise mondiale de la chaîne d'approvisionnement, selon le ministère.

«Les vice-ministres ont évalué les communications transparentes et la coordination en cours à tous les niveaux sur les moyens de faire progresser le processus de paix en Corée, y compris la déclaration de fin de guerre, et sont convenus de poursuivre les consultations sur les mesures pratiques pour amener la Corée du Nord à la table du dialogue», a indiqué le ministère dans un communiqué. Il n'a donné aucun autre détail sur la consultation concernant la question sensible de la pression de Séoul en faveur de la déclaration dans le but d'aider à revitaliser le processus de paix en Corée.

Le département d'Etat américain a publié une déclaration distincte sur les résultats de la réunion, dans laquelle il n'a fait aucune mention directe de la proposition de déclaration de fin de guerre malgré la réaffirmation de «l'engagement partagé en faveur de la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne».

Le premier vice-ministre sud-coréen des Affaires étrangères Choi Jong-kun (à g.) pose avec la secrétaire d'Etat adjointe américaine Wendy Sherman à Washington, le 16 novembre 2021. (Image fournie par le ministère des Affaires étrangères. Revente et archivage interdits)

L'administration progressiste de Moon Jae-in soutient qu'une telle déclaration, si elle était publiée, contribuerait à relancer les négociations de dénucléarisation avec le royaume ermite, qui sont au point mort depuis 2019. Le temps presse, l'élection du successeur de Moon étant prévue pour mars de l'année prochaine.

Des inquiétudes persistent quant au fait que les alliés pourraient avoir des points de vue divergents, voire des désaccords, sur la question.

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré publiquement que les deux parties pouvaient différer «sur la séquence ou le calendrier précis ou les conditions des différentes étapes» de la déclaration.

Le haut diplomate sud-coréen Chung Eui-yong a fait savoir mardi que la coordination des alliés sur la déclaration en était à sa phase finale. Choi a également dit à son arrivée à Washington dimanche qu'il s'attendait à de «bons résultats» des discussions avec les Etats-Unis dans un avenir pas trop lointain.

Lors de la réunion de mardi, Choi et Sherman ont également abordé les questions iraniennes, a indiqué le ministère des Affaires étrangères, faisant apparemment référence aux avoirs iraniens gelés en Corée du Sud en vertu des sanctions américaines, et le vice-ministre a promis de continuer de soutenir les pourparlers nucléaires de Washington avec le pays du Moyen-Orient.

Sherman a salué le «leadership régional et mondial» de Séoul et a réaffirmé que les Etats-Unis continueraient de travailler avec leurs alliés et partenaires «pour défendre l'ordre international fondé sur des règles» ainsi que le soutien de Washington à «tous ceux qui œuvrent pour le rétablissement pacifique» du chemin de la Birmanie vers la démocratie, selon le porte-parole du département Ned Price.

«La secrétaire adjointe Sherman et le premier vice-ministre des Affaires étrangères Choi ont réaffirmé que l'Alliance US-ROK était le pilier de la paix, de la sécurité et de la prospérité dans l'Indo-Pacifique et au-delà», a rapporté Price dans un communiqué de presse, faisant référence à la Corée du Sud par le sigle anglais de son nom officiel.

La réunion bilatérale entre Choi et Sherman a également eu lieu un jour avant que les diplomates américains et sud-coréens ne soient rejoints par leur homologue japonais, Takeo Mori, pour des pourparlers trilatéraux.

«La secrétaire adjointe et le premier vice-ministre des Affaires étrangères ont souligné que la coopération entre les Etats-Unis, le Japon et la république de Corée est essentielle pour relever les défis mondiaux du XXIe siècle, notamment la lutte contre le Covid-19 et la crise climatique, et garantir des chaînes d'approvisionnement résilientes et une reprise économique post-pandémie», a mis en avant Price dans sa déclaration.

Le département d'Etat a indiqué qu'ils organiseraient une conférence de presse conjointe ce mercredi après leur réunion à Washington.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page