Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La Corée du Nord n'a pas encore rouvert sa frontière avec la Chine, selon Séoul

Corée du Nord 22.11.2021 à 15h54
Un pont sur le fleuve Yalou reliant Sinuiju en Corée du Nord et la ville portuaire chinoise de Dandong.

SEOUL, 22 nov. (Yonhap) -- La Corée du Nord n'a pas encore rouvert sa frontière terrestre avec la Chine malgré des signes d'un assouplissement prochain des mesures de confinement liées à la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19), selon le ministère sud-coréen de l'Unification ce lundi.

La Corée du Sud surveille étroitement les signes de réouverture par le Nord de sa frontière, qui est restée fermée pendant près de deux ans à cause de la crise du virus.

«Des signes de préparations pour reprendre le commerce ont été détectés de façon continue, mais ce n'est pas l'étape permettant de dire que le commerce a repris ou la fermeture de la frontière Corée du Nord-Chine a été levée», a déclaré la porte-parole du ministère, Lee Jong-joo, lors d'un point de presse régulier.

Plus tôt ce mois-ci, un média local a rapporté une image d'un train traversant le pont sur le fleuve Yalou reliant Sinuiju en Corée du Sud et la ville portuaire chinoise de Dandong.

«Nous surveillons la situation attentivement, alors que l'assouplissement des restrictions à la frontière du Nord pourrait donner lieu à un meilleur environnement pour la coopération entre les deux Corées ou avec la communauté internationale», a indiqué Lee.

La Corée du Sud et les Etats-Unis coordonnent l'aide humanitaire à la Corée du Nord, bien que Pyongyang ne réponde toujours pas aux propositions de dialogue de Washington.

Durant le point de presse de lundi, Lee a exprimé sa déception sur le manque de progrès dans les pourparlers intercoréens alors que Pyongyang reste muet face à la proposition de Séoul d'établir un système de conférences virtuelles pour le dialogue.

«Il est regrettable que la restauration du canal de communication n'ait pas encore donné lieu à l'établissement d'une infrastructure pour le dialogue, telle qu'un système de conférences virtuelles comme nous l'avons proposé, ou à des pourparlers de fond dans différents domaines», a-t-elle dit.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page