Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Dokdo : discussions Séoul-Tokyo sur fond de tensions

International 22.11.2021 à 20h05

SEOUL, 22 nov. (Yonhap) -- La Corée du Sud et le Japon ont tenu ce lundi des entretiens diplomatiques au niveau opérationnel à Séoul qui font suite à de nouvelles frictions concernant Dokdo, des îlots situés à l'est de la péninsule coréenne.

Les pourparlers entre Lee Sang-ryol, directeur général du ministère des Affaires étrangères pour l'Asie et le Pacifique, et son homologue japonais, Takehiro Funakoshi, se sont déroulés après que les tensions ont refait surface suite aux protestations du Japon contre la récente visite à Dokdo du chef de la police sud-coréenne.

Lee a déclaré que Séoul ne pourra jamais accepter aucune revendication japonaise sur Dokdo, alors que Funakoshi a répété la position de Tokyo sur les affleurements rocheux de la mer de l'Est, a rapporté le ministère des Affaires étrangères.

Les querelles récurrentes à propos de Dokdo ont pris une nouvelle tournure la semaine dernière alors que le ministre japonais des Affaires étrangères Takeo Mori a boycotté ce qui était censé être une conférence de presse trilatérale impliquant ses homologues sud-coréen et américain, Choi Jong-kun et Wendy Sherman, à Washington.

La Corée du Sud contrôle efficacement les îlots avec un petit détachement de police depuis sa libération de la domination coloniale japonaise (1910-1945).

Lors des entretiens, Lee a également souligné la nécessité d'accélérer les consultations bilatérales pour résoudre les conflits prolongés entre les deux pays au sujet du travail forcé et de l'esclavage sexuel au Japon en temps de guerre, a indiqué le ministère.

En outre, Lee a réitéré la position de la Corée du Sud contre le projet du Japon de rejeter dans l'océan de l'eau radioactive provenant de sa centrale électrique sinistrée de Fukushima.

Malgré leurs divergences sur des questions historiques, les deux parties ont partagé le point de vue sur la nécessité d'une communication continue pour résoudre ces problèmes, selon le ministère.

Le même jour, le principal émissaire nucléaire de la Corée du Sud, Noh Kyu-duk, a rencontré Funakoshi, qui est également le principal négociateur nucléaire du Japon.

Les deux parties ont discuté de la coopération pour faire des progrès substantiels dans les efforts visant à parvenir à la dénucléarisation complète et à une paix durable sur la péninsule coréenne, et sont convenus de continuer à mener une communication étroite sur les questions liées à la Corée du Nord, a fait savoir le ministère.

Cette photo combinée, prise le 1er avril 2021, montre Lee Sang-ryol (à g.), directeur général du ministère sud-coréen des Affaires étrangères pour l'Asie et le Pacifique, et son homologue japonais, Takehiro Funakoshi, marchant dans un hôtel à Tokyo après y avoir tenu des pourparlers.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page