Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Les restrictions américaines sur les projets de SK hynix en Chine sont «légitimes», affirme Washington

International 22.11.2021 à 21h40

SEOUL, 22 nov. (Yonhap) -- Les récentes restrictions imposées par les Etats-Unis au projet du fabricant de puces sud-coréen SK hynix Inc. d'apporter des équipements de pointe à une usine chinoise a été motivée par des «préoccupations légitimes», et d'autres mesures de ce type pourraient être possibles, a déclaré la représentante américaine au commerce (USTR) Katherine Tai.

Tai a fait ces remarques lors d'une récente interview accordée à CBS, une station de radio basée à Séoul, qui a été diffusée lundi. Elle s'est rendue jeudi en Corée du Sud pour une visite de quatre jours.

«Je suis consciente que la technologie en question est très sensible et qu'il existe des inquiétudes légitimes concernant les risques pour la sécurité nationale en termes de destination de cette technologie», a déclaré la plus haute responsable du commerce de Washington.

SK hynix avait prévu d'installer certaines des nouvelles machines de lithographie ultraviolette extrême (EUV) de la société néerlandaise ASML dans son usine de Wuxi, en Chine, pour rénover son usine et produire des puces mémoire plus efficacement. Mais Washington lui a interdit d'expédier l'équipement en Chine dans un contexte de rivalité sino-américaine intensifiée, selon des responsables.

«Il est important pour nous de travailler avec nos partenaires et nos alliés en particulier, sur des questions de sécurité économique et nationale partagée. Et je tiens également à reconnaître que nous considérons la Corée comme l'un de nos partenaires de sécurité nationale les plus importants», a ajouté Tai.

Lorsqu'on lui a demandé si d'autres éléments pourraient également tomber sous le coup de ces réglementations, Tai a répondu «oui, en ce qui concerne les questions de sécurité nationale. La sécurité nationale comprend les préoccupations militaires et de défense, mais elle peut aussi être plus large.»

Plus tôt dans la journée, le PDG de SK hynix, Lee Seok-hee, a fait savoir que son entreprise réagirait au problème «avec sagesse tout en coopérant avec les parties intéressées».

La représentante américaine au commerce (USTR), Katherine Tai, prend la parole lors d'une réunion du comité conjoint de l'accord de libre-échange (ALE) Corée-Etats-Unis le vendredi 19 novembre 2021 à l'hôtel Shilla, à Séoul.

Tai a également souligné la coopération avec la Corée du Sud pour relever les défis de la chaîne d'approvisionnement mondiale, en particulier dans le secteur des semi-conducteurs.

En septembre, Washington a demandé aux principaux fabricants de puces et constructeurs automobiles de partager des informations commerciales, et Samsung Electronics Co. et SK hynix les ont soumises plus tôt ce mois-ci.

Les Etats-Unis ont affirmé que le processus était volontaire, mais ont également indiqué qu'ils disposaient d'outils pour obliger les entreprises à soumettre ces informations si nécessaire.

«La demande d'informations fait partie des efforts du gouvernement américain pour essayer d'identifier les goulots d'étranglement dont nos partenaires de l'industrie et des gouvernements nous ont fait part et nous avons constaté nous-mêmes qu'il existe des lacunes d'information sur l'endroit où se trouvent les problèmes de la chaîne d'approvisionnement jusqu'à la production et également parmi la clientèle», a souligné Tai.

Lorsqu'on lui a demandé si la requête était un événement ponctuel, Tai a déclaré qu'elle était «optimiste» et que les deux pays ont «l'opportunité et les outils pour résoudre le problème plus vaste».

Auparavant, la secrétaire américaine au Commerce, Gina Raimondo, avait déclaré que la demande était «inévitable» dans des circonstances «sans précédent» de pénurie mondiale d'approvisionnement.

Lors d'une réunion tenue vendredi, le ministre sud-coréen du Commerce Yeo Han-koo et Tai sont convenus d'établir de nouveaux canaux de dialogue afin de renforcer la coopération dans les chaînes d'approvisionnement et d'autres problèmes commerciaux majeurs.

Le ministre du Commerce, Yeo Han-koo, serre la main de la représentante américaine au commerce (USTR), Katherine Tai, lors d'une réunion du comité conjoint de l'accord de libre-échange (ALE) Corée-Etats-Unis le vendredi 19 novembre 2021 à l'hôtel Shilla, à Séoul.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page