Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Moon : la Corée du Sud doit se munir de nouveaux standards en matière de droits humains

National 25.11.2021 à 15h19
Le président Moon Jae-in prononce le jeudi 25 novembre 2021 un discours lors de la cérémonie du 20e anniversaire de la Commission nationale des droits de l'Homme de Corée (NHRCK) tenue à la cathédrale de Myeongdong.
Salut au drapeau du président

SEOUL, 25 nov. (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a déclaré ce jeudi que la Corée du Sud devait se doter de nouveaux standards dans le domaine des droits de l'Homme pour refléter les changements d'époque, des propos perçus comme un soutien à l'élaboration d'une loi visant à lutter contre la discrimination.

«Il y a 20 ans, nous n'avons pas pu élaborer de loi fondamentale sur les droits de l'Homme ou la prévention de la discrimination», a déclaré Moon à l'occasion du 20e anniversaire de la fondation de la Commission nationale des droits de l'Homme de Corée (NHRCK).

«Nous devons nous focaliser sur le rassemblement de nos capacités pour établir de nouveaux standards en matière de droits de l'Homme à la lumière des changements d'époque», a déclaré Moon.

Des projets de loi pour la lutte contre la discrimination sont soumis à l'Assemblée nationale depuis 2007 mais ils n'ont jamais été adoptés en raison de l'opposition de députés conservateurs et groupes religieux.

Les provisions interdisant la discrimination contre les minorités sexuelles faisaient particulièrement l'objet de contentieux. En Corée du Sud, l'homosexualité n'est pas illégale mais de nombreuses minorités sexuelles hésitent à déclarer leur orientation sexuelle par crainte de discrimination.

De nombreux défenseurs des droits de l'Homme comme Amnesty International ont appelé la Corée du Sud à élaborer une loi contre la discrimination pour protéger les minorités sexuelles des discriminations.

Le droit international proscrit toute discrimination basée sur l'orientation sexuelle, l'identité de genre ou les caractéristiques sexuelles.

Moon a également exhorté la commission à redoubler d'efforts pour bâtir une société où tout le monde, en particulier les personnes vulnérables, pourront jouir des mêmes droits humains.

La discrimination et la haine divisent la société ces jours-ci, a fait remarquer Moon en ajoutant que la commission doit prendre l'initiative en vue de préparer des mesures permettant de résoudre ces questions.

«Je promets que l'indépendance de la commission dans ses engagements continuera d'être pleinement garantie», a assuré Moon.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page