Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Coronavirus : Moon annonce l'arrêt de l'assouplissement des règles de distanciation

National 29.11.2021 à 17h06

SEOUL, 29 nov. (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a annoncé ce lundi que la Corée du Sud suspendrait l'assouplissement graduel des règles de distanciation sociale face à la recrudescence des infections au Covid-19, tout en accélérant l'administration des injections de rappel et en mobilisant davantage de lits d'hôpitaux au cours des quatre prochaines semaines.

Moon a fait ces remarques alors qu'il présidait une réunion de réponse au Covid-19, indiquant clairement que le pays n'annulera pas ses mesures de première phase visant à revenir à la normale malgré l'augmentation des cas graves et des infections, ainsi que les inquiétudes concernant le variant Omicron.

«Les lits d'hôpitaux sont rares car le nombre de nouveaux patients et de personnes gravement malades est en augmentation», a expliqué Moon. «Cependant, nous ne pouvons pas retourner dans le passé en inversant le retour progressif à la vie normale.»

La Corée du Sud a connu une forte augmentation des contaminations quotidiennes après que le gouvernement a lancé ce mois-ci la première phase du programme «vivre avec le Covid».

Avant d'assouplir certaines règles de distanciation sociale, les infections quotidiennes tournaient autour de 2.000 fin octobre. La semaine dernière, le nombre d'infections quotidiennes est passé à environ 4.000.

Dans un développement inquiétant, les patients gravement malades ont atteint vendredi un record absolu de 629 , au milieu d'inquiétudes croissantes concernant la pénurie de lits d'hôpitaux.

Le président Moon Jae-in s'exprime lors d'une réunion de réponse au Covid-19 avec les ministres concernés, le 29 novembre 2021.

Séoul avait initialement prévu d'assouplir davantage les restrictions à la mi-décembre après quatre semaines de la première phase d'allègement des règles de distanciation. Néanmoins, le gouvernement a décidé de ne pas assouplir davantage les règles alors que les autorités sanitaires sont aux prises avec une augmentation des cas graves.

Au lieu de cela, les autorités mettront en œuvre des politiques de «confinement spécial» au cours des quatre prochaines semaines, a annoncé Moon. Les mesures comprenaient une administration rapide des doses de rappel et davantage d'efforts pour obtenir suffisamment de lits pour les patients atteints du Covid-19 en soins intensifs.

Moon a exhorté davantage de personnes à recevoir une injection de rappel.

«Une troisième injection n'est pas une injection supplémentaire mais une injection de base. Les gens doivent changer leur façon de comprendre la vaccination, qu'une inoculation sera complète s'ils reçoivent une troisième injection», a-t-il souligné.

Moon a également appelé les autorités sanitaires à augmenter les taux de vaccination des adolescents âgés de 12 à 17 ans et à introduire rapidement un traitement antiviral oral contre le Covid-19 d'ici la fin de cette année. La Corée du Sud a prévu d'introduire un traitement sous forme de pilules en février de l'année prochaine.

Depuis dimanche, la Corée du Sud restreint la délivrance de visas et les arrivées de huit pays africains, dont l'Afrique du Sud, pour bloquer l'afflux de la nouvelle souche du Covid-19 appelée Omicron, rejoignant une multitude de pays pour imposer des interdictions de voyager depuis et vers la région africaine.

Le chef de l'Etat a ordonné aux autorités sanitaires de prendre des mesures strictes visant à empêcher le variant Omicron de se propager sur le territoire.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a désigné le variant Omicron, identifié pour la première fois par des scientifiques il y a quelques jours en Afrique du Sud, comme un «variant préoccupant».

Même s'il faudra du temps pour évaluer le niveau de gravité de la nouvelle souche, l'OMS a estimé que le variant Omicron posait un «risque accru de réinfection».

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page