Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La chef de la FTC et le secrétaire d'Etat français Cédric O se rencontrent à Séoul

Actualités 30.12.2021 à 15h59
La chef de la Commission de la concurrence (FTC), Joh Sung-wook, reçoit le mercredi 29 décembre 2021 le secrétaire d'Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques de la France, Cédric O, à l'Agence coréenne de médiation du commerce équitable (KOFAIR), rattachée à la FTC, à Séoul. (Photo fournie par la FTC. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 30 déc. (Yonhap) -- La Commission de la concurrence (FTC) a conclu une enquête sur les pratiques anticoncurrentielles de Google sur le marché des applications et s'apprête à délibérer sur le dossier lors d'une réunion plénière, a déclaré mercredi sa chef, Joh Sung-wook.

Lors d'une réunion hier avec Cédric O, secrétaire d'Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques de la France, Joh a présenté les principaux résultats des actions menées par une équipe TIC de la FTC.

En janvier, la FTC a en effet achevé une enquête ouverte pour savoir si Google a forcé les applications de jeux mobiles à utiliser uniquement sa Play Store.

Joh a évalué positivement les sanctions imposées par l'Autorité de la concurrence française contre Google pour abus de position dominante dans le secteur de la publicité en ligne avant de souligner l'importance d'une coopération internationale sur les questions liées au marché du numérique.

Les deux parties étaient sur la même longueur d'ondes concernant la nécessité de réviser les lois et règles afin de faire face au monopole des grandes plates-formes et d'établir une concurrence loyale dans le domaine.

Joh a présenté le plan de la FTC de réviser divers règlements de concurrence liés aux plates-formes et au commerce en ligne.

O a de son côté noté que la France, qui assurera la présidence du Conseil de l'Union européenne (UE) l'année prochaine, s'intéressait beaucoup au règlement sur les marchés numériques (DMA).

Le projet de DMA présenté par la Commission européenne devrait être adopté au deuxième semestre de l'année prochaine après une consultation trilatérale entre le Conseil européen, le Parlement européen et la Commission européenne.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page