Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Le Nord déclare avoir testé un missile hypersonique pour renforcer ses capacités stratégiques

Actualités 06.01.2022 à 16h51
Missile hypersonique nord-coréen
Le missile hypersonique tiré le mercredi 5 janvier 2022 (à g.) et le missile Hwasong-8 lancé en septembre 2021 publiées toutes les deux par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).(Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 06 jan. (Yonhap) -- La Corée du Nord a dit ce jeudi avoir effectué avec succès un tir d'essai de missile hypersonique hier, trois mois après qu'il a présenté pour la première fois la nouvelle arme.

Mercredi, l'armée sud-coréenne a déclaré que le Nord a tiré ce qui semblait être un missile balistique vers la mer de l'Est depuis la province du Jagang.

Le missile a «fait un mouvement latéral de 120 km» et a «atteint avec précision une cible à 700 km de distance», a déclaré l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). Elle n'a pas dévoilé la vitesse du projectile.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un n'a pas assisté au tir.

La distance de vol du nouveau missile, cependant, n'a pas encore été vérifiée. Celle détectée par les moyens de renseignement sud-coréens et américains serait différente du chiffre que le Nord a annoncé.

«Le tir d'essai a prouvé le contrôle et la stabilité de l'ogive planante hypersonique qui a combiné un vol plané en plusieurs étapes et de forts mouvements latéraux», a dit la KCNA.

Les missiles hypersoniques volent en général à une vitesse d'au moins Mach 5, ou 6.125 km/h, en donnant peu de temps à l'ennemi de répondre.

«La Corée du Sud et les Etats-Unis ont détecté le missile balistique avec nos moyens de renseignement et sont capables de répondre», a dit le porte-parole du Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS), le colonel Kim Jun-rak, lors d'un point de presse régulier.

Dans un communiqué séparé, le ministère des Affaires étrangères a rappelé que le Nord n'était pas autorisé à effectuer de tirs utilisant des technologies de missile balistique en vertu des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU).

Le Nord a effectué le premier tir d'essai de missile hypersonique Hwasong-8 en septembre 2021. Il aurait volé à une vitesse approximative de Mach 3.

Selon les photos de la KCNA, les formes des ogives des missiles tirés en septembre et hier sont légèrement différentes, une indication possible que le Nord développe deux différents types de missiles hypersoniques ou a amélioré le premier.

Le JCS a dit que le nouveau missile semblait être aux premiers stades du développement et nécessitait encore un «temps considérable pour le déploiement réel».

Le dernier tir a confirmé la «fiabilité du système d'ampoule du combustible sous les conditions météorologiques hivernales», a indiqué la KCNA. Elle semblait se référer à un conteneur de combustible liquide permettant de réduire le temps de préparation avant un lancement de missile.

Par rapport aux missiles conventionnels qui nécessitent une injection de combustible avant leur lancement, l'ampoule permettrait de stocker le combustible pendant plusieurs mois avant son utilisation immédiate, selon des experts.

Le développement du missile hypersonique est «la tâche la plus importante parmi les cinq tâches prioritaires dans le secteur des armes stratégiques» sous le plan quinquennal du Nord, selon la KCNA.

«Les succès consécutifs des tirs d'essai dans le secteur des missiles hypersoniques ont une importance stratégique dans le renforcement de la tâche pour moderniser la force armée stratégique qui a été proposée au 8e Congrès du Parti», a dit l'agence de presse nord-coréenne.

Des experts disent que le Nord devrait continuer de tester le nouveau système d'armes étant donné qu'aucun haut officiel n'a assisté au dernier tir d'essai.

Le tir est intervenu moins d'une semaine après que la Corée du Nord a achevé sa réunion plénière du Parti du travail et s'est engagée à continuer de renforcer ses capacités militaires, en disant que «la situation internationale devient instable jour après jour».

La Corée du Nord ne répond toujours pas aux propositions de dialogue depuis le sommet à Hanoï en 2019 avec les Etats-Unis qui s'est terminé sans accord. Elle demande à Washington d'abandonner sa politique hostile à son égard.

Le Choson Sinbo, un journal pro-nord-coréen basé au Japon, a dit que le dernier tir était une «activité normale» effectuée sous le plan du pays de renforcer ses capacités de défense et non une «démonstration de force» ciblant une entité particulière ou visant à attirer l'attention.

Le Conseil de sécurité nationale (NSC) du bureau présidentiel sud-coréen a convoqué hier une réunion d'urgence suite au tir de missile et a exprimé ses préoccupations.

Les Etats-Unis l'ont condamné en parlant de violation des multiples résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, posant une «menace» à ses voisins et à la communauté internationale.

«Nous consultons étroitement nos alliés alors que nous évaluons le récent événement et nous déterminerons les prochaines étapes», a indiqué un porte-parole du département d'Etat américain.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page