Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

L'UE s'apprête à mettre son veto à la fusion des constructeurs navals sud-coréens

International 12.01.2022 à 18h30

SEOUL, 12 jan. (Yonhap) -- Les régulateurs de l'Union européenne sont sur le point d'opposer leur veto au projet d'acquisition par Hyundai Heavy Industries Co. de son rival Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering Co., invoquant des problèmes de monopole, selon des sources industrielles ce mercredi.

L'UE annoncera probablement dans le courant de la semaine sa décision de bloquer la fusion des constructeurs de navires sud-coréens, arguant qu'elle pourrait créer un monopole sur le marché des navires GNL dans un contexte de hausse des prix de l'énergie, a déclaré une personne familière de la question à l'agence de presse Yonhap.

«La Commission européenne s'est intéressée au secteur du GNL, car les deux constructeurs revendiquent une part combinée de 60 à 80% du marché, en fonction de la demande. Les autres types de navires ne sont pas soumis à des problèmes de monopole», a-t-il déclaré par téléphone.

Hyundai Heavy a annoncé l'opération en 2019. Le régulateur de l'UE a reporté l'examen de l'acquisition trois fois au cours des deux dernières années en raison de la pandémie de Covid-19. Il a fixé la date limite au 20 janvier pour donner sa conclusion.

Le principal créancier de Hyundai Heavy, la Korea Development Bank, a accepté en mars 2019 de fournir la participation de 56% qu'elle détient dans Daewoo Shipbuilding à Hyundai Heavy en échange d'une participation d'une valeur de 1.250 milliards de wons (1 milliard de dollars) dans Korea Shipbuilding & Offshore Engineering Co. (KSOE).

KSOE est la sous-holding du groupe Hyundai Heavy Industries et a sous son aile trois sociétés affiliées: Hyundai Heavy Industries, Hyundai Mipo Dockyard Co. et Hyundai Samho Heavy Industries Co.

Hyundai Heavy s'attendait à ce que l'opération soit autorisée sans condition par la Commission européenne, comme ce fut le cas à Singapour, en Chine et au Kazakhstan.

Le plus grand constructeur naval du monde a déclaré que la part de marché ne constituait pas à elle seule une domination du marché ou un monopole. Daewoo Shipbuilding s'est refusé à tout commentaire.

Un veto de l'UE serait le premier depuis que le régulateur de l'UE a bloqué la fusion entre le sidérurgiste allemand Thyssenkrupp AG et l'indien Tata Steel Ltd en 2019 en raison des mêmes préoccupations anticoncurrentielles.

La Corée du Sud compte les trois plus grands constructeurs navals du monde: Hyundai Heavy, Samsung Heavy Industries Co. et Daewoo Shipbuilding.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page