Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) L'UE oppose son veto à la fusion entre Hyundai et Daewoo dans le secteur de la construction navale

Economie 13.01.2022 à 22h15

SEOUL, 13 jan. (Yonhap) -- Le régulateur de l'Union européenne a opposé ce jeudi leur veto au projet d'acquisition par le groupe Hyundai Heavy Industries de son rival Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering Co., invoquant des problèmes de monopole.

La Commission européenne a annoncé sa décision de bloquer la fusion des constructeurs de navires sud-coréens, estimant que leur association pourrait créer un monopole sur le marché des méthaniers dans un contexte de hausse des prix de l'énergie.

«La fusion aurait créé une position dominante de la nouvelle société fusionnée et réduit la concurrence sur le marché mondial de la construction de grands méthaniers», a déclaré la Commission dans un communiqué.

Hyundai Heavy n'a pas proposé officiellement de mesures correctives pour répondre aux préoccupations de la Commission, qui craint que la fusion n'entraîne une diminution du nombre de fournisseurs et une augmentation des prix des navires de GNL, selon la déclaration.

En cas de fusion, la part de marché combinée des deux constructeurs sur le marché des navires de GNL atteindrait au moins 60%, selon le régulateur de l'UE.

Un méthanier. (Photo fournie par Hyundai Heavy Industries Group. Archivage et revente interdits)

Hyundai Heavy Industries Holdings Co. (HHIH) a qualifié cette décision de déraisonnable et de décevante.

«L'utilisation par la Commission de la part de marché comme critère d'évaluation n'a aucune valeur probante, car la part de marché en elle-même n'est pas un indicateur approprié du pouvoir de marché dans l'industrie de la construction navale», a déclaré HHIH dans un communiqué.

Les navires de GNL sont le seul secteur que l'UE a contesté en termes de position dominante, a déclaré HHIH.

Hyundai Heavy s'attendait à obtenir l'autorisation inconditionnelle de la Commission européenne pour cette opération, comme ce fut le cas à Singapour, en Chine et au Kazakhstan.

Le régulateur singapourien a déclaré que le marché de la construction navale est fortement tributaire des appels d'offres et est essentiellement un marché d'enchères. Sur les marchés d'appels d'offres, le fait de détenir une part de marché élevée ne confère pas nécessairement un pouvoir de marché, car cette part de marché peut être facilement perdue lors de l'appel d'offres suivant, selon la déclaration.

L'existence d'au moins une alternative crédible à l'entité fusionnée peut suffire à limiter sa capacité à exercer un pouvoir de marché après la fusion proposée. Il existe des concurrents crédibles, tels que Samsung Heavy Industries Co, Hudong Zhonghua Shipbuilding Co, et Mitsubishi Heavy Industries, Ltd, indique le communiqué.

Après avoir examiné la décision finale de l'UE, HHIH examinera les recours possibles, tel qu'un appel devant le Tribunal de l'Union européenne, selon la déclaration.

Daewoo Shipbuilding n'a pas encore fait de déclaration.

Hyundai Heavy a annoncé l'opération en 2019. Le régulateur de l'UE a reporté l'examen de l'acquisition trois fois au cours des deux dernières années en raison de la pandémie de Covid-19. Il a fixé la date limite au 20 janvier pour donner sa conclusion.

Le principal créancier de Hyundai Heavy, la Korea Development Bank, a accepté en mars 2019 de fournir la participation de 56% qu'elle détient dans Daewoo Shipbuilding à Hyundai Heavy en échange d'une participation d'une valeur de 1.250 milliards de wons (1 milliard de dollars) dans Korea Shipbuilding & Offshore Engineering Co. (KSOE).

KSOE est la sous-holding du groupe Hyundai Heavy Industries et a sous son aile trois sociétés affiliées: Hyundai Heavy Industries, Hyundai Mipo Dockyard Co. et Hyundai Samho Heavy Industries Co.

Le veto de l'UE est le premier depuis que le régulateur de l'UE a bloqué la fusion entre le sidérurgiste allemand Thyssenkrupp AG et l'indien Tata Steel Ltd en 2019 en raison des mêmes préoccupations anticoncurrentielles.

La Corée du Sud compte les trois plus grands constructeurs navals du monde: Hyundai Heavy, Samsung Heavy Industries Co. et Daewoo Shipbuilding.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page