Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(5e LD) La Corée du Nord tire 2 missiles balistiques de courte portée vers la mer de l'Est

Actualités 27.01.2022 à 14h43
Le missile KN-24, version nord-coréenne du système de missiles tactiques de l'armée américaine (ATACMS), tiré le lundi 17 janvier 2022, rapporté le lendemain par la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV). (Utilisation en Corée du Sud uniquement. Redistribution interdite)
Le missile KN-24, version nord-coréenne du système de missiles tactiques de l'armée américaine (ATACMS), tiré le lundi 17 janvier 2022, rapporté le lendemain par la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV). (Utilisation en Corée du Sud uniquement. Redistribution interdite)
Le missile KN-24, version nord-coréenne du système de missiles tactiques de l'armée américaine (ATACMS), tiré le lundi 17 janvier 2022, rapporté le lendemain par la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV). (Utilisation en Corée du Sud uniquement. Redistribution interdite)
Tir du missile nord-coréen, lancé depuis un train, vu du ciel. L'image a été diffusée, le samedi 15 janvier 2022, par la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV), la veille du tir des deux missiles tactiques guidés présumés par la Corée du Nord. D'après les experts, le missile semble être du type KN-23, inspiré du missile balistique mobile russe Iskander. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Un missile tactique guidé a été lancé par la Corée du Nord le lundi 17 janvier 2022, a rapporté le lendemain l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 27 jan. (Yonhap) -- La Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques de courte portée présumés vers la mer de l'Est ce jeudi, a déclaré le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) de la Corée du Sud, la sixième série connue de lancements de missiles de Pyongyang cette année.

Le JCS a dit que les lancements ont été effectués depuis la région de Hamhung, une ville de la côte est, à environ 8h et 8h05, respectivement, et ils ont volé environ 190 km à une altitude maximale de 20 km.

«Pour plus de détails, les autorités du renseignement de la Corée du Sud et des Etats-Unis effectuent une analyse détaillée», a indiqué le JCS dans un texto envoyé à des journalistes.

L'armée sud-coréenne garde l'œil sur les mouvements concernés de la Corée du Nord et maintient une posture de préparation, a ajouté le JCS.

A propos du type des missiles tirés jeudi, les autorités militaires analysent «toutes les possibilités», a déclaré un officiel militaire demandant l'anonymat.

A ces derniers lancements, le Nord aurait fixé comme cible une île inhabitée au large de sa côte est, a indiqué l'officiel.

Concernant les préoccupations de la population sur la sécurité, l'officiel a souligné que l'armée pouvait détecter et intercepter les projectiles à courte portée s'ils sont tirés vers le Sud.

Le Conseil de sécurité nationale (NSC) a tenu une réunion d'urgence et a dit que les derniers lancements de missiles du Nord étaient très regrettables.

Dans un communiqué de presse, le Commandement pour l'Indo-Pacifique des Etats-Unis a déclaré être au courant des «lancements de missiles balistiques» mais a évalué que les tirs «n'ont pas posé de menace immédiate pour le personnel ou territoire américain et pour nos alliés».

«La récente série de tirs de missiles balistiques de la RPDC souligne l'impact déstabilisateur du programme d'armes illicites de la RPDC», a-t-il dit, en se référant au nom officiel du Nord, la République populaire démocratique de Corée.

Pyongyang avait apparemment tiré au moins deux missiles de croisière depuis une région à l'intérieur des terres mardi, après quatre lancements de missiles, dont des hypersoniques les 5 et 11 janvier.

Le Nord a également effectué des tirs d'essai du missile KN-23, inspiré du missile balistique mobile russe Iskander le 14 janvier et de sa propre version du système de missiles tactiques de l'armée américaine (ATACMS), appelée KN-24, trois jours plus tard.

Les récentes démonstrations de force du Nord sont intervenues alors que les Etats-Unis ont renforcé la pression pour des sanctions dans un contexte de blocage prolongé des négociations nucléaires avec le régime communiste.

Vendredi dernier, le président américain Joe Biden et le Premier ministre japonais Fumio Kishida ont condamné les lancements de missiles du Nord de ce mois-ci durant un sommet virtuel, a annoncé la Maison-Blanche, bien que des officiels américains aient continué de signaler l'ouverture pour le dialogue.

La veille du sommet, Pyongyang avait émis une menace à peine voilée de lever son moratoire auto-imposé depuis des années sur les essais nucléaires et de missiles à longue portée, suscitant une spéculation selon laquelle le Nord pourrait effectuer d'autres actes de provocation.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page