Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Pékin 2022 : malgré la pandémie et l'arbitrage, la Corée du Sud atteint son objectif modeste de médailles

Actualités 20.02.2022 à 11h34
Médaille d'or
Cha Min-kyu et Kim Jun-ho
Sourire des patineuses
Médaille d'or
Cérémonie
Cérémonie

PEKIN, 20 fév. (Yonhap) -- Fin décembre, environ un mois et demi avant le début des Jeux olympiques d'hiver de Pékin 2022, le Comité sportif et olympique coréen (KSOC) avait annoncé son objectif plutôt modeste de médailles : une ou deux en or et terminer dans les 15 premiers au classement des pays.

Cet objectif ne correspondait pas aux ambitions des athlètes sud-coréens, qui disaient être capables de faire mieux. Mais les juges ne les ont pas aidés et des obstacles ont entravé leurs performances.

La Corée du Sud a fini les JO de Pékin avec deux médailles d'or, cinq en argent et deux de bronze. Le pays avait remporté ses premières médailles à des Jeux d'hiver à Albertville, en France, en 1992 et depuis a décroché au moins deux médailles d'or à chacune des éditions suivantes.

Le KSOC avait placé cette année la barre bas pour ne pas mettre la pression sur ses athlètes. C'étaient les premiers JO d'hiver depuis le début de la pandémie de Covid-19 et tous les sportifs et membres de leur délégation devaient rester dans une bulle en permanence. Il était difficile de prévoir l'impact de la situation sur la préparation physique et mentale des athlètes.

En outre, le niveau s'est amélioré de manière générale. Même en patinage de vitesse sur piste courte, un sport habituellement dominé par les Sud-Coréens, certains pays ont rattrapé leur retard. Les médailles ne sont plus garanties pour les short-trackers du pays du Matin-Calme.

Les premières épreuves de short-track ont été marquées par des chutes et des décisions controversées de la part des juges qui ont porté un gros coup à la suprématie sud-coréenne.

Le 7 février, Hwang Dae-heon et Lee June-seo ont été tous deux disqualifiés en demi-finales du 1.000m pour des fautes sur la glace. Le fait que des patineurs chinois aient bénéficié de ces décisions et atteint la finale a suscité la colère des officiels et fans sud-coréens qui estimaient que les juges ont favorisé le pays hôte. Le KSOC a aussitôt protesté et a dit qu'il porterait l'affaire devant le Tribunal arbitral du sport.

Cependant, la médaille d'or décrochée par Hwang deux jours plus tard au 1.500m a permis de braquer de nouveau les projecteurs sur la glace. Sa compatriote Choi Min-jeong, qui a chuté sans le moindre contact en quarts de finale du 500m, a su se ressaisir pour remporter les médailles d'argent du 1.000m et relais 3.000m.

Dans sa dernière course à Pékin, en finale du 1.500m féminin mercredi, Choi a réalisé l'exploit de se saisir de l'or comme il y a quatre ans à PyeongChang. C'était sa cinquième médaille olympique.

Plus tôt dans la journée, Hwang et trois coéquipiers ont arraché la médaille d'argent au relais 5.000m.

Alors que les JO avaient mal commencé pour les short-trackers sud-coréens, ces derniers ont pu remonter la pente pour décrocher deux médailles d'or et trois d'argent.

Les autres médailles ont été remportées en patinage de vitesse sur piste longue. Kim Min-seok a reçu sa deuxième médaille de bronze consécutive au 1.500m hommes et Cha Min-kyu a gagné l'argent au 500m masculin comme quatre ans plus tôt.

Hier, Chung Jae-won et Lee Seung-hoon ont respectivement conquis l'argent et le bronze au départ groupé de patinage de vitesse.

Les JO d'hiver de Pékin clôtureront aujourd'hui et la Corée du Sud n'a pas ajouté de médaille à son palmarès en ce dernier jour.

xb@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page