Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Moon estime que «Kim Jong-un a failli à sa promesse de moratoire sur les tirs d'ICBM»

Actualités 24.03.2022 à 18h28

SEOUL, 24 mars (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a condamné ce jeudi le lancement d'un missile balistique intercontinental (ICBM) présumé par la Corée du Nord, affirmant que le dirigeant Kim Jong-un a abandonné un moratoire auto-imposé sur les essais de missiles à longue portée.

Moon a fait cette remarque alors qu'il présidait une réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale (NSC) convoquée peu de temps après que Pyongyang a tiré un missile balistique à longue portée vers la mer de l'Est, a déclaré Cheong Wa Dae dans un communiqué.

«Le lancement de la Corée du Nord représente l'abandon du moratoire auto-imposé sur les tests d'ICBM que le président de la Commission des affaires de l'Etat, Kim Jong-un, a promis à la communauté internationale et une violation claire des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU», a déclaré Moon lors de la réunion.

Moon a «fermement condamné» le lancement, affirmant qu'il «constitue une grave menace pour la péninsule coréenne et au-delà», et a appelé Pyongyang à cesser immédiatement les actes qui aggravent les tensions et à revenir à la table du dialogue.

Notant que le lancement a eu lieu à un moment de changement de gouvernement en Corée du Sud, Moon a également ordonné aux responsables d'examiner toutes les contre-mesures tout en coopérant étroitement avec les pays concernés et la communauté internationale sur la base de la ferme alliance Corée du Sud-Etats-Unis.

Moon a également demandé aux responsables de travailler en étroite collaboration avec le bureau du président élu Yoon Suk-yeol.

Le dernier lancement du Nord est intervenu alors que les armées sud-coréennes et américaines ont estimé que Pyongyang se prépare à tirer son plus gros missile balistique intercontinental.

Selon l'armée sud-coréenne, le missile nord-coréen a parcouru 1.080 kilomètres à une altitude maximale de 6.200 kilomètres. La Corée du Nord n'a pas lancé d'ICBM depuis 2017.

Le tir intervient également à un moment sensible pour la Corée du Sud, car le président élu conservateur Yoon Suk-yeol devrait succéder à son prédécesseur libéral Moon Jae-in. Yoon s'est engagé à adopter une position plus ferme vis-à-vis de la Corée du Nord.

Le tir de missile du Nord est intervenu quatre jours après que le pays a tiré quatre coups d'artillerie dans la mer Jaune, utilisant apparemment plusieurs lance-roquettes, depuis Sukchon, au nord de Pyongyang.

Le lancement de jeudi était la 12e série d'essais d'armes du Nord cette année.

Cheong Wa Dae

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page