Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(4e LD) La Corée du Nord tire un ICBM vers la mer de l'Est

Actualités 24.03.2022 à 20h12

SEOUL, 24 mars (Yonhap) -- La Corée du Nord a tiré un missile à longue portée en direction de la mer de l'Est ce jeudi, selon l'armée sud-coréenne.

La démonstration de force de Pyongyang, la 12e cette année, signifie effectivement la fin du moratoire qu'elle s'était imposé sur les essais nucléaires et de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

Le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) a déclaré avoir détecté le lancement depuis l'aérodrome de Sunan, à Pyongyang, à 14h34. Le missile a parcouru quelque 1.080 kilomètres à une altitude maximale de plus de 6.200 km.

La Corée du Nord semble avoir tiré le projectile avec un angle élevé, a déclaré le JCS. Un responsable militaire a déclaré qu'il a volé pendant au moins 70 minutes.

«Pour d'autres détails sur le missile, les services de renseignement de la Corée du Sud et des Etats-Unis procèdent à une analyse détaillée», a déclaré le JCS dans un message texte envoyé aux journalistes.

Peu après le lancement, le chef du JCS, le général Won In-choul, et le général Paul LaCamera, commandant du Commandement des forces combinées Corée du Sud-Etats-Unis, ont tenu une réunion en ligne et réaffirmé la position de défense «ferme» des alliés, a ajouté le JCS.

Afin de démontrer sa puissance de feu et son aptitude au combat, l'armée sud-coréenne a rapidement procédé à un exercice conjoint de tir réel impliquant certains de ses principaux missiles, un missile sol-sol Hyunmoo-2 et un missile tactique de l'armée américaine (ATACMS), ainsi qu'un missile navire-sol Haesung-II et deux missiles air-sol JDAM, selon le JCS.

«Il a été confirmé qu'en cas de lancement d'un missile par la Corée du Nord, nous avons la capacité nécessaire pour frapper avec précision et à tout moment l'origine du lancement et les installations de commandement et de soutien», a-t-il déclaré.

Le JCS a condamné ce dernier tir, le qualifiant de défi sérieux pour l'armée sud-coréenne ainsi que pour l'alliance Séoul-Washington.

La Maison Blanche a fermement dénoncé le lancement du missile, appelant Pyongyang à «cesser immédiatement ses actions déstabilisatrices».

«Ce lancement constitue une violation effrontée de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et augmente inutilement les tensions et risque de déstabiliser la situation sécuritaire dans la région», a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, dans un communiqué. «La porte n'est pas fermée sur la diplomatie, mais Pyongyang doit cesser immédiatement ses actions déstabilisatrices.»

Dans une déclaration distincte, le commandement indo-pacifique des Etats-Unis a exhorté la Corée du Nord à s'abstenir de toute nouvelle action «déstabilisatrice».

«Les Etats-Unis restent prêts à défendre la patrie américaine et nos alliés», a déclaré le commandement dans un communiqué de presse. «L'engagement des Etats-Unis à défendre la république de Corée et le Japon reste inébranlable».

L'aérodrome de Pyongyang est l'endroit où la Corée du Nord aurait testé l'ICBM Hwasong-17 le 27 février et le 5 mars.

Qualifié de missile «monstre» en raison de sa taille, le nouvel ICBM serait capable de transporter plusieurs ogives et aurait une portée de plus de 13.000 km.

Ce dernier tir a eu lieu quatre jours après que la Corée du Nord a tiré quatre coups d'artillerie en mer Jaune, apparemment à l'aide de lance-roquettes multiples, depuis Sukchon, au nord de Pyongyang.

La semaine dernière, le pays a tiré sans succès ce qui serait une fusée à longue portée.

Pyongyang a menacé en janvier de manière voilée de lever son moratoire sur les essais d'armes stratégiques qu'il avait déclaré en avril 2018 dans le cadre de la diplomatie nucléaire avec Séoul et Washington.

Un bulletin d'information sur le lancement d'un missile balistique par la Corée du Nord est diffusé sur une télévision de la gare de Séoul, le 27 février 2022. (Yonhap)

mathieu@yna.co.kr

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page