Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Chung Bora apprécie l'accueil réservé à «Cursed Bunny»

Actualités 14.04.2022 à 19h09

SEOUL, 14 avril (Yonhap) -- Chung Bora, l'auteure de «Cursed Bunny», présélectionné pour le prix international Booker de cette année, a exprimé ce jeudi sa gratitude pour l'amour et l'accueil chaleureux que ses écrits ont suscités.

«Lorsque j'ai écrit ce roman, je n'avais aucune idée de ce qu'il allait donner. Je n'avais pas de grandes intentions», a déclaré Chung lors d'une conférence de presse tenue à Séoul. «Je n'ai jamais reçu ce genre d'attention».

Une traduction anglaise de son roman publiée par Honford Star de Grande-Bretagne a été choisie au début du mois comme l'une des six œuvres finalistes de l'International Booker Prize 2022, l'un des trois plus grands prix littéraires au monde.

Chung est devenue la deuxième auteure coréenne à figurer sur la liste des finalistes après Han Kang, qui l'a été en 2016 et 2018 avec «The Vegetarian» et «The White Book», respectivement.

Les droits d'édition du livre ont été vendus à 15 pays, dont les Etats-Unis, le Japon et l'Allemagne, suite à cette nomination.

Publié en Corée en 2017, «Cursed Bunny» est un recueil de 10 nouvelles de science-fiction sur le thème de la malédiction et de la vengeance.

Le roman de Chung est un mélange d'éléments fantastiques et surréalistes pour «aborder les horreurs et les cruautés très réelles du patriarcat et du capitalisme dans la société moderne», ont estimé les jurés de l'International Booker Prize

«J'ai voulu transformer un mignon petit lapin en un lapin effrayant», a-t-elle déclaré. «J'essaie de créer une histoire aussi irréelle que possible parce que quelqu'un peut être blessé par mes écrits. Je veux déformer les situations réalistes de la manière opposée.»

L'auteure, qui a obtenu une maîtrise en études russes et est-européennes à l'université de Yale, a déclaré que son penchant littéraire pour les romans de science-fiction et d'horreur fantastique a été affecté par la littérature russe et est-européenne du début des années 1920.

Elle a ajouté qu'elle travaille actuellement sur une histoire de fruits de mer basée sur sa vie dans une ville côtière du sud-est de la Corée. Elle souhaite néanmoins raconter des histoires sur la douleur des mineurs victimes de conflits militaires internationaux ou régionaux.

«J'ai entendu dire qu'il y a 26 régions en conflit dans le monde», dit-elle. «Je sais qu'il y a tant de douleur et de perte dans le monde, mais je ne peux pas les écrire dans mon histoire maintenant. Il me faudra du temps pour chercher des moyens de respecter les victimes.»

Anton Hur, qui a traduit «Cursed Bunny» en anglais, a déclaré avoir été fasciné par le livre de Chung pour son mélange créatif d'horreur et d'humour. Il a également traduit «Love in the Big City» de Park Sang-young, qui n'a pas été retenu.

«Les phrases de Chung contiennent des sentiments magnifiquement effrayants et humoristiques», a-t-il déclaré lors de la conférence de presse. «Il est plus facile de traduire la combinaison de sentiments extrêmes».

Il continuera à travailler avec Chung pour traduire deux publications, notamment son roman «Red Sword» (2019) qui sera publié en Grande-Bretagne l'année prochaine.

Chung Bora (à droite), auteure de «Cursed Bunny», et le traducteur Anton Hur lors d'une conférence de presse à Séoul le 14 avril 2022. (Yonhap)
Cette image fournie par Arzak montre la couverture de «Cursed Bunny» de Chung Bora. (Archivage et revente interdits) (Yonhap)

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page