Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul au 2e rang des pays de l'OCDE dans les dépenses R&D par rapport au PIB

Actualités 23.04.2022 à 11h00
(Image fournie par Yonhap News TV)

SEOUL, 23 avr. (Yonhap) -- La Corée du Sud s'est classée deuxième en termes de dépenses dans la recherche et développement (R&D) par rapport au produit intérieur brut (PIB), parmi les pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en 2020, mais sa croissance timide au cours des dernières années appelle à davantage de soutien politique, a montré un récent rapport de la Fédération des industries coréennes (FKI).

Les dépenses dans la R&D ont atteint 93.100 milliards de wons (75,4 milliards de dollars) en 2020, représentant 4,81% du PIB, selon le compte rendu.

Ce chiffre a placé la Corée du Sud en deuxième position derrière Israël (5,44%) parmi 36 Etats membres de l'OCDE.

La Chine a été exclue de l'enquête en raison de la limite des données disponibles. Le Costa Rica n'y figure pas non plus car il s'est joint à l'organisation basée à Paris l'année dernière.

Le document a également révélé que la part de R&D a augmenté de 2,54 points de pourcentage l'année dernière par rapport à 2001, une multiplication par plus de cinq comparé à la moyenne de l'OCDE de 0,53 point de pourcentage.

Les grandes firmes ont investi 71.300 milliards de wons, englobant la majeure partie des dépenses, tandis que 21.600 milliards de wons ont été dépensés par le gouvernement et d'autres entités publiques.

Cependant, les investissements dans la R&D sont restés au point mort à une moyenne d'environ 7,5-8% durant la dernière décennie, un recul par rapport à la moyenne de 11,4% pour la période 2001-2010.

En 2018, la Corée du Sud est arrivée loin derrière la moyenne de l'OCDE en matière de gains de royalties avec une part de 9,9%, par rapport aux 27,7% de l'OCDE.

La FKI a appelé à un soutien politique plus fort pour les grandes entreprises, dont les dépenses dans la R&D représentent plus de la moitié des investissements dans la R&D de toutes les sociétés.

«Les investissements en R&D des entreprises ont un effet positif plus grand sur la productivité totale des facteurs que les R&D publique et gouvernementale», a mis en avant le rapport.

«Il est nécessaire de revitaliser la R&D locale en renforçant le soutien fiscal pour les grandes entreprises qui mènent la R&D du secteur privé», a-t-il préconisé.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page