Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Le Sénat américain approuve Goldberg en tant que nouvel ambassadeur à Séoul

Actualités 06.05.2022 à 14h07
Philip Goldberg, nommé au poste d'ambassadeur américain en Corée du Sud, à son audition de confirmation à Washington le mercredi 6 avril 2022. (Capture d'image du site Internet du comité des affaires étrangères du Sénat. Revente et archivage interdits)

Philip Goldberg, nommé au poste d'ambassadeur américain en Corée du Sud, à son audition de confirmation à Washington le mercredi 6 avril 2022. (Capture d'image du site Internet du comité des affaires étrangères du Sénat. Revente et archivage interdits)

WASHINGTON/SEOUL, 06 mai (Yonhap) -- Le Sénat américain a voté à l'unanimité en faveur de la nomination de Philip Goldberg, un diplomate de carrière, au poste de nouvel ambassadeur en Corée du Sud.

La confirmation est intervenue alors que Séoul et Washington cherchent à renforcer leur alliance pour une dissuasion plus forte face aux menaces militaires croissantes de la Corée du Nord, une question qui devrait être au premier plan du prochain sommet entre le président élu Yoon Suk-yeol et le président américain Joe Biden prévu pour le 21 mai.

Goldberg, qui assurait le poste d'ambassadeur en Colombie depuis septembre 2019, est un membre de carrière du Senior Foreign Service, le plus haut rang de diplomate aux Etats-Unis.

Il a occupé divers postes au département d'Etat américain, dont ceux de secrétaire d'Etat adjoint pour le renseignement et la recherche et d'ambassadeur aux Philippines et en Bolivie.

Il a également été coordinateur pour l'application de la résolution 1874 du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) sur la Corée du Nord en 2009-2010, une période durant laquelle il a bâti son expertise sur le régime récalcitrant. Le poste de coordinateur servait à assurer l'application des sanctions suite au deuxième essai nucléaire du Nord en 2009.

Sa gestion des sanctions lui a valu l'image d'un homme intransigeant vis-à-vis de Pyongyang. Durant son audition de confirmation au Sénat, Goldberg a décrit le Nord comme un «régime véreux» et a défendu l'idée d'une «dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible (CVID)» de la Corée du Nord.

L'administration Biden évite d'utiliser la formulation CVID, apparemment pour encourager le Nord à s'engager de nouveau.

Mais Goldberg est également connu pour avoir montré une attitude flexible en 2009 sur la reprise possible du tourisme au mont Kumgang, sur la côte est du Nord, et des activités au complexe de Kaesong, en disant que la reprise n'est pas liée aux sanctions de l'ONU.

Il remplacera Harry Harris, qui a quitté le poste au début de l'année dernière, lorsque le président Joe Biden est entré en fonction. L'ambassadeur est diplômé de la Rivers School et de l'université de Boston.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page