Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Plus de 50% des 20-29 ans ne prévoient pas d'avoir d'enfants après le mariage

National 14.05.2022 à 09h00

SEOUL, 14 mai (Yonhap) -- Plus de la moitié des célibataires dans la vingtaine en Corée du Sud ne souhaitent pas avoir d'enfants après leur mariage, apparemment en raison des coûts élevés de l'éducation dans le pays, a révélé l'Institut coréen du développement (KDI) dans un récent rapport.

Selon une enquête rapportée dans un journal économique mensuel, 52,4% des Sud-Coréens célibataires de 20-29 ans pensent qu'il est acceptable de ne pas avoir d'enfants après s'être mariés.

Le pourcentage est en forte hausse par rapport aux 23,3% dans le même sondage mené cinq ans plus tôt.

En revanche, 28,3% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles prévoyaient d'avoir des enfants après le mariage, en hausse de seulement 7 points par rapport à il y a cinq ans.

Les résultats sont largement considérés comme montrant un changement dans la perception des jeunes selon laquelle avoir des bébés après le mariage n'est pas une obligation mais une option. Les analystes ont estimé que les dépenses élevées pour élever des enfants semblent également être responsables.

Selon un rapport de la banque d'investissement américaine Jefferies Financial Group, le ratio des coûts d'éducation des enfants au produit intérieur brut (PIB) par habitant en Corée du Sud est parmi les plus élevés au monde.

La Corée du Sud est aux prises avec un taux de natalité chroniquement bas, car de nombreux jeunes retardent ou renoncent à se marier ou à avoir des bébés au milieu d'un ralentissement économique prolongé et de la flambée des prix de l'immobilier.

Le taux de fécondité total de la Corée du Sud, c'est-à-dire le nombre moyen d'enfants qu'une femme porte au cours de sa vie, a atteint un niveau record l'année dernière, marquant la quatrième année consécutive où le taux était inférieur à 1 et mettant en évidence la situation démographique sombre du pays.

Une réduction du taux de fécondité est à craindre, accélérant la baisse importante de la population en âge de travailler, phénomène connu sous le nom de falaise démographique. Une baisse de la population active signifie un affaissement de l'offre de main-d'œuvre, ce qui peut nuire à la croissance économique.

Pour remédier à la situation, Séoul prévoit d'augmenter les avantages fiscaux et autres incitations sur les mariages et les naissances pour les jeunes, de proposer des mesures visant à encourager davantage de couples à utiliser un congé parental ainsi que de renforcer les services de garde d'enfants.

Plus de 50% des 20-29 ans ne prévoient pas d'avoir d'enfants après le mariage - 1

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page