Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(3e LD) Yoon prône la liberté et propose de relancer l'économie nord-coréenne avec un «plan audacieux»

Actualités 10.05.2022 à 16h57
Serment

SEOUL, 10 mai (Yonhap) -- Le président Yoon Suk-yeol a été investi ce mardi. Il a promis de rebâtir la nation sur la base d'une démocratie libérale et d'une économie de marché et a proposé de relancer l'économie nord-coréenne avec un «plan audacieux» si Pyongyang prend des mesures en vue de se dénucléariser.

Dans son discours d'investiture sur la place de l'Assemblée nationale à Séoul, Yoon a souligné les divers défis auxquels le pays et le monde font face, allant de la pandémie aux chaînes d'approvisionnement mondiales en passant par la croissance historiquement basse et la hausse du chômage en Corée du Sud.

«C'est l'appel de notre génération de bâtir une nation qui défend la démocratie libérale et assure une économie de marché florissante, une nation qui remplit sa responsabilité en tant que membre de confiance de la communauté internationale et une nation qui appartient véritablement au peuple», a-t-il déclaré devant quelque 41.000 personnes rassemblées à la cérémonie.

Cette photo prise le mardi 10 mai 2022 montre la cérémonie d'investiture du président Yoon Suk-yeol qui se tient devant l'Assemblée nationale à Séoul.

«Je suis devant vous aujourd'hui avec humilité, devant la confiance et la responsabilité que vous m'avez données et suis concient de mon devoir solennel de rebâtir cette grande nation.»

Yoon a commencé officiellement son mandat de cinq ans à minuit dans le bunker souterrain du bâtiment du nouveau bureau présidentiel, situé dans l'arrondissement de Yongsan à Séoul, où il a reçu un briefing du Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) sur les derniers mouvements militaires nord-coréens et la posture de préparation de l'armée sud-coréenne.

«Si le programme d'armes nucléaires de la Corée du Nord constitue une menace non seulement contre notre sécurité mais aussi contre celle de l'Asie du Nord-Est, la porte du dialogue restera ouverte de sorte à ce que nous puissions résoudre de manière pacifique cette menace», a-t-il dit dans son discours d'investiture.

«Si la Corée du Nord s'engage véritablement dans un processus de dénucléarisation complète, nous sommes prêts à travailler avec la communauté internationale pour présenter un plan audacieux qui renforcera grandement l'économie de la Corée du Nord et améliorera la qualité de vie de son peuple», a-t-il ajouté.

Yoon a consacré une grande partie de son discours à la valeur de la liberté, mot qu'il a répété 35 fois, et à son engagement à travailler avec les autres pays pour surmonter les défis communs.

Il a également mis en garde contre les effets débilitants de la division et des conflits internes sur les avancées et la croissance sociétales du pays.

«Il est crucial que nous réalisions une croissance rapide et cela ne sera possible qu'à travers la science, la technologie et l'innovation», a-t-il noté. «La science, la technologie et l'innovation, elles protégeront notre démocratie et étendront la liberté et nos droits inaliénables à laisser notre peuple profiter d'une vie digne et durable.»

Le président Yoon Suk-yeol (à g.) et son épouse Kim Keon-hee arrivent le mardi 10 mai 2022 à la cérémonie d'investiture devant l'Assemblée nationale à Séoul. (Pool photo)

Yoon entre en fonction à un moment où la Corée du Sud se bat pour faire face à des défis économiques provoqués par la pandémie, la guerre en Ukraine et d'autres facteurs résultant du phénomène des «trois hauts simultanés» frappant l'inflation, les taux d'intérêt et les taux de change.

Dans le domaine de la sécurité, la menace des programmes nucléaire et de missiles de la Corée du Nord s'intensifie plus que jamais alors que le pays communiste semble s'apprêter à effectuer son septième essai nucléaire au plus tôt dans le courant de ce mois-ci.

La sécurité économique et la Corée du Nord devraient figurer en haut de l'ordre du jour du premier sommet de Yoon avec le président américain Joe Biden à Séoul le 21 mai.

Le voyage de Biden, prévu du 20 au 22 mai, se tiendra seulement 10 jours après l'entrée en fonction de Yoon et leur rencontre sera le sommet Corée du Sud-Etats-Unis à avoir lieu le plus rapidement après l'investiture d'un président sud-coréen.

Après la cérémonie, Yoon s'est dirigé directement vers le nouveau bureau présidentiel en saluant de la main des citoyens, debout dans sa voiture. Il s'est arrêté brièvement à une crèche avec son épouse Kim Keon-hee pour rencontrer des enfants.

Il a déplacé le bureau présidentiel dans l'ancien bâtiment du ministère de la Défense à l'issue d'un combat ardu comme une démonstration de sa volonté de se rapprocher du peuple.

Yoon considère Cheong Wa Dae, l'ancien bureau présidentiel construit dans une enceinte majestueuse au pied d'une montagne, comme un «symbole du pouvoir impérial».

Cet après-midi, il a rencontré les délégations étrangères qui sont venues dans le pays pour assister à la cérémonie d'investiture, dont le «deuxième gentilhomme» des Etats-Unis, Douglas Emhoff, et le ministre japonais des Affaires étrangères Yoshimasa Hayashi.

Emhoff lui a remis une lettre de Biden dans laquelle, ce dernier a dit, qu'elle contient non seulement les félicitations du président américain mais souligne également sa volonté de travailler étroitement avec Yoon au cours des cinq prochaines années.

Hayashi a également transmis une lettre du Premier ministre japonais Fumio Kishida, suite à laquelle le président a répondu avoir hâte de travailler avec Kishida pour améliorer les liens bilatéraux.

Lettre de Biden
Lettre du Premier ministre japonais

Plus tard dans la journée, il participera aussi à des célébrations à l'Assemblée nationale et offrira un dîner aux personnalités locales et étrangères à l'hôtel Shilla.

Dans son discours, il a appelé la nation à assumer de plus grandes responsabilités en tant que 10e économie mondiale.

«Il nous appartient de jouer un plus grand rôle à la hauteur de notre stature en tant que leader mondial», a-t-il souligné. «Nous devons assumer un plus grand rôle pour promouvoir la liberté et les droits humains non seulement pour nous-mêmes mais aussi pour les autres. La communauté internationale s'attend à ce que nous jouions ce rôle. Nous devons répondre à cet appel.»

L'un des grands défis auxquels Yoon fait face en matière de politique étrangère est de réparer les relations fortement dégradées avec le Japon.

Avec la Chine, Yoon fait face au défi de trouver un juste équilibre alors que la coopération de Pékin est cruciale pour contenir les ambitions nucléaires de la Corée du Nord et maintenir une relation commerciale bilatérale solide.

Sur le plan national, Yoon doit affronter une Assemblée nationale hostile contrôlée par la principale formation d'opposition, le Parti démocrate (PD).

Avec 168 sièges sur les 300 du Parlement, le PD retarde le processus de confirmation parlementaire de ministres désignés par Yoon, obligeant le nouveau gouvernement à tenir sa première réunion des ministres cette semaine avec plusieurs membres de l'administration sortante.

Par ailleurs, les élections locales auront lieu le 1er juin et le nouveau gouvernement veut éviter un scénario où le Parti du pouvoir du peuple (PPP) de Yoon perdrait à ces élections et aux élections législatives partielles pour sept sièges qui se tiendront en même temps.

Cloche Bosingak

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page