Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Yoon espère la réouverture de la ligne aérienne Séoul-Tokyo pour renforcer les échanges

International 11.05.2022 à 19h16

SEOUL, 11 mai (Yonhap) -- Le président Yoon Suk-yeol a déclaré ce mercredi que la Corée du Sud prendra des mesures pour rouvrir ce mois-ci une ligne aérienne entre les aéroports de Gimpo à Séoul et de Haneda à Tokyo, afin de renforcer les échanges entre les deux pays.

Yoon a fait cette remarque lors d'une réunion avec la délégation parlementaire japonaise qui lui rendait visite au deuxième jour de son mandat, soulignant que le rétablissement des relations tendues entre les deux pays servira les intérêts des deux parties.

Il a indiqué que le gouvernement prévoyait de mettre en place des mesures antivirus à l'aéroport international Gimpo de Séoul pour tester tous les voyageurs avant de rouvrir la route vers l'aéroport Haneda de Tokyo.

«Si le Japon peut les exempter afin qu'ils puissent immédiatement faire des affaires au Japon, j'espère que la restauration de la route Gimpo-Haneda pourra conduire à des échanges actifs entre nos deux peuples», a déclaré Yoon à la délégation venue à Séoul pour assister à sa cérémonie d'investiture la veille.

Yoon a dit espérer que les deux parties connaitront un renouveau dans leurs relations, dans l'esprit d'une déclaration commune faite en 1998 par le président sud-coréen de l'époque, Kim Dae-jung, et le Premier ministre japonais de l'époque, Keizo Obuchi.

«La Corée du Sud et le Japon sont les voisins les plus proches et des partenaires de coopération clés qui partagent des valeurs démocratiques libérales et une économie de marché», a déclaré Yoon. «Restaurer et améliorer rapidement les relations stagnantes entre la Corée du Sud et le Japon est dans l'intérêt commun des deux pays.»

Les relations entre les deux pays se sont détériorées au point d'atteindre leur pire niveau depuis des années en raison de différends persistants concernant l'esclavage sexuel en temps de guerre, le travail forcé et d'autres questions découlant de la domination coloniale de la péninsule coréenne par le Japon, de 1910 à 1945.

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol (au centre) pose avec un groupe de législateurs japonais, dirigé par Fukushiro Nukaga (4e en partant de la gauche), président de l'Union des parlementaires nippo-coréens, au bureau présidentiel à Séoul le 11 mai 2022. La délégation a assisté à la cérémonie d'investiture de Yoon le jour précédent. (Yonhap)

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page