Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le KDI réduit sa prévision de croissance à 2,8%

Actualités 18.05.2022 à 12h00
Le terminal de conteneurs sur le quai Sinseondae du port de Busan fonctionne à plein régime, le vendredi 1er avril 2022. Le pays a rapporté une hausse annuelle de 18,2% de ses exportations à 63,48 milliards de dollars en mars grâce à la bonne performance des expéditions de semi-conducteurs et de produits pétroliers, d'après des données publiées par le ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie.

SEOUL, 18 mai (Yonhap) -- L'Institut coréen de développement (KDI) a abaissé ce mercredi sa prévision de croissance pour 2022 pour l'économie sud-coréenne à moins de 3%, tout en relevant fortement celle de l'inflation à plus de 4% dans un contexte d'incertitudes économiques accrues.

Le groupe de réflexion géré par l'Etat a revu à la baisse son estimation de la croissance de la quatrième économie d'Asie à 2,8% cette année, contre 3% en novembre.Le KDI a également relevé ses perspectives d'inflation à 4,2% contre 1,7% alors que les prix de l'énergie et des denrées alimentaires restent élevés au milieu de la guerre prolongée entre la Russie et l'Ukraine.

L'institut prévoit que la croissance économique ralentira à 2,3% l'année prochaine. Il s'attend à ce que la croissance de l'inflation ralentisse à 2,2% en 2023, proche de l'objectif de 2% de la Banque de Corée (BOK).

Les perspectives révisées sont intervenues alors que les inquiétudes concernant la stagflation, un mélange de ralentissement de la croissance et de forte inflation, se sont intensifiées au milieu de la crise ukrainienne et des hausses de taux agressives de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Le KDI a expliqué que la révision à la baisse tenait compte des dépenses privées ternes au premier trimestre dans un contexte de flambée des cas de Covid-19 et d'une hausse des prix à l'importation stimulée par la flambée des prix du carburant.

Les hausses de taux de la Corée du Sud et des Etats-Unis constituent des risques économiques à la baisse, et les exportations pourraient être affectées négativement en raison de la détérioration des conditions économiques extérieures», a fait savoir à la presse Jung Kyu-chul, économiste principal au KDI.

Les prévisions de croissance économique de l'institut pour 2022 sont supérieures à l'estimation de 2,5% du Fonds monétaire international (FMI). Dans sa dernière projection en février, la BOK prévoyait une croissance économique de 3%.

Les exportations, qui représentent la moitié de l'économie nationale, devraient connaître une hausse de 5,1% cette année, contre 9,9% l'année dernière, car la demande extérieure va probablement diminuer dans un contexte d'incertitudes économiques mondiales, a noté le KDI.

Les dépenses privées devraient s'accroître de 3,7% cette année, ce qui est similaire au gain de 3,6% de 2021. Les dépenses de consommation ont ralenti de 0,5% en rythme trimestriel au premier trimestre en raison de la propagation rapide du variant Omicron. Mais les dépenses privées devraient rebondir cette année, car la levée de presque tous les freins antivirus stimulera probablement la consommation, a estimé KDI.

Les investissements dans les installations se contracteront probablement de 4% en 2022 en grande partie en raison de la réduction des investissements dans l'industrie des semi-conducteurs. Le KDI a déclaré que malgré les risques économiques externes, l'économie du pays devrait étendre sa légère dynamique de reprise.

«Les dépenses de consommation devraient être le principal moteur de la croissance économique de la Corée du Sud à l'avenir, car la croissance des exportations ralentira probablement», a-t-il ajouté.

Le KDI a analysé que les principaux risques de baisse économique comprennent la prolongation des blocages de la chaîne d'approvisionnement mondiale et le ralentissement économique de la Chine causé par son verrouillage strict de grandes villes touchées par le Covid-19.

La forte inflation a été un problème majeur pour les décideurs politiques coréens, car les prix à la consommation sont soumis à une pression à la hausse dans un contexte de coûts énergétiques élevés et d'un rebond de la demande suite à la pandémie. L'inflation des prix à la consommation en Corée du Sud a grimpé de 4,8% en glissement annuel en avril, le gain le plus rapide en plus de 13 ans. Il a suivi une hausse de 4,1% en mars.

Le groupe réflexion a préconisé que la BOK devrait augmenter «progressivement» le taux d'intérêt directeur pour freiner la hausse des anticipations d'inflation. En avril, la banque centrale a relevé le taux directeur d'un quart de point de pourcentage à 1,5%, la quatrième hausse de taux depuis août de l'année dernière, dans le but de maîtriser l'inflation et de réduire la dette des ménages. La BOK devrait encore revoir à la hausse le taux lors de la réunion politique du 26 mai.

L'écart de taux d'intérêt entre la Corée du Sud et les Etats-Unis s'est fortement rétréci en raison des hausses de taux agressives de la Fed. Cette dernière a relevé le taux des fonds fédéraux à deux reprises cette année, dont une augmentation de 50 points de base en mai, pour maîtriser l'inflation. Des hausses supplémentaires «à grande échelle» sont attendues dans les mois à venir.

«Il est souhaitable que la BOK dirige la politique monétaire en tenant compte de l'inflation intérieure et des conditions économiques, plutôt qu'en suivant les hausses de taux agressives de la Fed», selon le KDI. «A la lumière des fondamentaux économiques de la Corée du Sud, la possibilité de sorties de capitaux critiques n'est pas élevée même si les principales économies augmentent les coûts d'emprunt», a-t-il noté.

Le KDI a également recommandé au gouvernement de se concentrer sur la réduction du déficit budgétaire et le ralentissement du rythme de croissance de la dette nationale, citant la nécessité de normaliser les mesures de relance à l'ère de la pandémie.

La semaine dernière, le gouvernement a proposé un budget supplémentaire record de 59.400 milliards de wons (46,6 milliards de dollars) dans le but d'indemniser les commerçants touchés par la pandémie pour leurs pertes causées par des mesures de lutte contre les virus plus strictes.

«Pour le moment, la nécessité de soutenir l'économie avec des dépenses budgétaires semble faible. Le gouvernement doit être prudent quant à l'imposition de charges budgétaires supplémentaires, compte tenu de la hausse de l'inflation et de sa situation budgétaire», a déclaré le KDI.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page