Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Soulèvement du 18-Mai : Yoon, «l'esprit de Gwangju est celui de la Constitution»

Actualités 18.05.2022 à 16h28
Le président Yoon Suk-yeol prononce un discours à la cérémonie de commémoration du 42e anniversaire du soulèvement démocratique de 1980 au cimetière national du 18-Mai à Gwangju, le mercredi 18 mai 2022.
Le président Yoon Suk-yeol et les participants chantent ensemble , le chant officiel pour marquer l'anniversaire du soulèvement de Gwangju, au cimetière national du 18-Mai, lors de la cérémonie de commémoration du 42e anniversaire du mouvement pour la démocratisation du 18-Mai, le mercredi 18 mai 2022.
Le président Yoon Suk-yeol échange une poignée de main avec des députés du Parti du pouvoir du peuple (PPP) au pouvoir dans un train spécial à grande vitesse KTX le mercredi 18 mai 2022, avant d'assister à la cérémonie de commémoration du 42e anniversaire du mouvement pour la démocratisation du 18-Mai qui aura lieu au cimetière national du 18-Mai à Gwangju. (Photo fournie par le bureau présidentiel. Revente et archivage interdits)
Le président Yoon Suk-yeol dépose une gerbe de fleurs au cimetière national du 18-Mai à Gwangju, avant la cérémonie de commémoration du 42e anniversaire du mouvement pour la démocratisation du 18-Mai, le mercredi 18 mai 2022.

GWANGJU, 18 mai (Yonhap) -- Le président Yoon Suk-yeol a dit ce mercredi dans son discours pour le 42e anniversaire du soulèvement pour la démocratisation du 18-Mai à Gwangju en 1980 que «l'esprit de Gwangju est celui de la Constitution basée sur les notions de liberté et de démocratie».

En saluant les membres de familles victimes de la répression militaire et en espérant le repos en paix des morts du mouvement démocratique à Gwangju, Yoon a dit que «leur esprit est partagé avec nous tous et le bien immatériel prestigieux de la République».

Il a ajouté que «l'esprit du 18-Mai est un piédestal de la cohésion sociale que l'on doit maintenir fermement» en détaillant que ces notions de liberté, de démocratie et des droits de l'Homme du soulèvement du 18-Mai à Gwangju doivent se propager dans le monde entier.

«L'esprit du 18-Mai nous ordonne même aujourd'hui de lutter fermement contre tous les actes illicites menaçant la liberté et les droits de l'Homme», a poursuivi Yoon dans son discours en mettant l'accent sur le sens de sa visite à Gwangju juste après son investiture : «C'est la première visite officielle dans une région après mon investiture en tant que président et aussi la première cérémonie formelle à laquelle je participe avec le statut de chef d'Etat.»

En promettant de suivre cet esprit de sacrifice des habitants de Gwangju comme un fait historique encore vivant, le président Yoon a mis l'accent sur la floraison économique dans la région de Gwangju et la partie sud-ouest du pays (Honam), plus audacieuse en se basant sur les notions de liberté, démocratie et droits de l'Homme.

«Les régions de Gwangju et Honam ont joué un rôle de précurseur de la démocratie, de la liberté et des droits de l'Homme à chaque crise historique du pays. […] Je suis persuadé que Gwangju et le Honam seront en tête pour la marche de la république de Corée vers un nouvel élan», a-t-il indiqué dans son discours.

La participation du président Yoon issu d'un parti conservateur et de ses députés à cette cérémonie, qui se déroule chaque année au cimetière national du 18-Mai à Gwangju, constitue un cas exceptionnel depuis le jour de la répression militaire sanglante contre les manifestants qui réclamaient la démocratisation du pays.

Yoon a même pris un train à grande vitesse KTX et non l'hélicoptère présidentiel avec des membres du cabinet et du bureau présidentiels et des députés du Parti du pouvoir du peuple (PPP) au pouvoir.

Durant l'oppression militaire sanglante contre les habitants de Gwangju révoltés face à la junte militaire qui a duré 10 jours en mai 1980, plus de 200 morts et 1.800 blessés ont été recensés, selon des chiffres officiels conservateurs.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page