Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(3e LD) Séoul condamne fortement les tirs nord-coréens et Yoon met en avant la dissuasion étendue américaine

Actualités 25.05.2022 à 14h29
Le président Yoon Suk-yeol (à g.) préside une réunion du Conseil de sécurité nationale au bureau présidentiel à Séoul le mercredi 25 mai 2022 pour discuter des tirs de trois missiles balistiques de la Corée du Nord. A côté de lui se trouve le ministre de la Défense Lee Jong-sup. (Photo fournie par le bureau présidentiel. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 25 mai (Yonhap) -- Le bureau du président Yoon Suk-yeol a fortement condamné ce mercredi les tirs de missiles balistiques de la Corée du Nord en les décrivant comme une «provocation sérieuse» et Yoon a ordonné des mesures pour assurer l'engagement des Etats-Unis pour une «dissuasion étendue» en Corée du Sud.

Le bureau présidentiel a publié le communiqué peu après que Yoon a présidé une réunion du Conseil de sécurité nationale (NSC) pour discuter des lancements de trois missiles balistiques par la Corée du Nord, dont un missile balistique intercontinental (ICBM) présumé, plus tôt dans la journée.

«Les participants ont décrit les tirs de missiles de la Corée du Nord comme une provocation sérieuse qui constitue une violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, exacerbe les tensions sur la péninsule coréenne et en Asie du Nord-Est et menace la paix internationale, et ont fortement condamné cela», a-t-il déclaré dans le communiqué.

«Le président Yoon a ordonné la mise en œuvre complète des sanctions internationales contre la Corée du Nord, incluant les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, en se basant sur la coordination entre la Corée du Sud et les Etats-Unis et en étroite coopération avec les nations liées et la communauté internationale», a-t-il ajouté.

Les tirs nord-coréens sont intervenus seulement quatre jours après que Yoon et le président américain Joe Biden ont tenu un sommet à Séoul le week-end dernier et moins d'un jour après que Biden a quitté le Japon pour rentrer à Washington et conclure sa première visite en Asie depuis son accession au pouvoir.

Au cours de la réunion de la NSC, les participants ont souligné le timing des tirs en disant que les missiles ont été lancés après le sommet de samedi et avant le retour de Biden aux Etats-Unis. Séoul et Washington avaient prévu tous les deux que la Corée du Nord pourrait effectuer un tir d'essai d'ICBM ou un test nucléaire au cours ou aux alentours du voyage du président américain dans la région.

Au cours d'une réunion avec Yoon, Biden a réaffirmé l'engagement des Etats-Unis à fournir une dissuasion élargie à la Corée du Sud, en «utilisant toutes les capacités de défense américaines incluant les capacités nucléaires, conventionnelles et de défense antimissile». La dissuasion élargie est la notion selon laquelle les Etats-Unis déploient une panoplie complète d'actifs militaires pour défendre son alliée, la Corée du Sud, en cas d'urgence.

Yoon et Biden sont également convenus d'envisager d'étendre les exercices militaires combinés afin de dissuader les menaces nord-coréennes et le second a réaffirmé l'engagement américain à déployer des moyens militaires stratégiques «en temps utile et de manière coordonnée, si nécessaire». Yoon a rappelé cet accord lors de la réunion du NSC.

«En particulier, le président Yoon a ordonné de maintenir la posture de préparation à tout moment afin d'assurer sans faille la sécurité de la république de Corée et de mettre en œuvre des mesures pratiques pour l'activation de la dissuasion étendue et le renforcement de la posture de défense combinée Corée du Sud-Etats-Unis, comme convenu par les dirigeants sud-coréen et américain», a ajouté le bureau.

La réunion a débuté à 7h35 au bureau présidentiel, environ une heure et demie après le premier tir, et a duré un peu plus d'une heure. Après avoir reçu un compte-rendu sur les lancements et la posture de préparation de l'armée, Yoon a appelé chaque ministère concerné à vérifier minutieusement leur impact et à mener des préparations pour s'assurer que la vie quotidienne et l'économie nationale ne soient affectées, selon son bureau.

La réunion a vu la présence du conseiller à la sécurité nationale Kim Sung-han, du secrétaire général du bureau présidentiel Kim Dae-ki, du ministre des Affaires étrangères Park Jin, du chef de la défense Lee Jong-sup et du ministre de l'Unification Kwon Young-se.

Par ailleurs, Kim Sung-han s'est entretenu par téléphone avec le conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis, Jake Sullivan, et a discuté des derniers tirs nord-coréens et du récent sommet bilatéral, a fait savoir le bureau présidentiel. «Les deux parties [...] ont exhorté la Corée du Nord à cesser immédiatement les provocations et à revenir aux pourparlers», a-t-il indiqué. «Elles sont également convenues de poursuivre la coordination étroite pour des mesures de réponse fortes et efficaces en se basant sur la solide posture de défense combinée Corée du Sud-Etats-Unis.»

Les deux parties se sont aussi accordées à dire que la visite de Biden à Séoul a aidé à établir une relation personnelle étroite entre les présidents et une base solide pour la coopération.

Le gouvernement a publié un communiqué séparé sur la Corée du Nord déclarant qu'il «condamne fortement» les lancements qui sont un «acte illégal en violation directe des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et une provocation sérieuse menaçant la paix sur la péninsule coréenne et au sein de la communauté internationale».

Il a averti que les provocations continues de la Corée du Nord «n'aboutiront qu'à une dissuasion combinée entre la Corée du Sud et les Etats-Unis encore plus forte et plus rapide et à un isolement international de la Corée du Nord». Le gouvernement a déclaré une nouvelle fois être prêt à répondre fortement et efficacement à tout acte de provocation de la Corée du Nord et à prendre des mesures pratiques en se basant sur une alliance Séoul-Washington solide afin de défendre la sécurité de la Corée du Sud et de son peuple.

Il a en outre exhorté Pyongyang à se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU lui interdisant d'utiliser des technologies de missile balistique et à s'engager dans un dialogue pour l'établissement de la paix sur la péninsule.▲

Le président Yoon Suk-yeol (4e de la dr.) préside une réunion du Conseil de sécurité nationale au bureau présidentiel à Séoul le mercredi 25 mai 2022 pour discuter des tirs de trois missiles balistiques de la Corée du Nord. (Photo fournie par le bureau présidentiel. Revente et archivage interdits)

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page