Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le chef du NIS désigné s'engage à renforcer les capacités de renseignement sur le Nord

Actualités 25.05.2022 à 15h24

SEOUL, 25 mai (Yonhap) -- Le candidat au poste de directeur du Service national du renseignement (NIS) s'est engagé ce mercredi à renforcer considérablement les capacités de renseignement de l'agence sur la Corée du Nord dans un contexte de tensions croissantes à la suite des tirs de missiles répétés de Pyongyang.

«Si je peux servir en tant que directeur du Service national de renseignement, je renforcerai considérablement les capacités de renseignement sur la Corée du Nord, comme la détection précoce des signes de provocation», a déclaré Kim Kyou-hyun lors de son audition de confirmation.

«Je vais réformer et réformer encore pour faire du NIS une agence de renseignement de premier ordre comme le Mossad qui contribue à la sécurité d'Israël au milieu de nations arabes», a-t-il mis en avant lors de l'audience qui s'est tenue quelques heures seulement après que le Nord a tiré trois missiles balistiques.

Kim, un diplomate de carrière, a été nommé par le président Yoon Suk-yeol en tant que patron du NIS au début du mois. «Comme l'a dit le président dans son discours d'investiture, nous travaillerons en étroite collaboration avec les agences de renseignement étrangères, telles que les Etats-Unis et le Japon, pour faire face à la récente réalité sécuritaire au milieu de défis qui ne peuvent être résolus par un seul pays», a-t-il souligné.

Kim a indiqué qu'il prévoyait également de renforcer la capacité du NIS à répondre aux «nouvelles menaces pour la sécurité», telles que la pandémie, le changement climatique et la crise de la chaîne d'approvisionnement.

«Il y a non seulement les menaces de la Corée du Nord, mais nous sommes également confrontés à des défis provenant du conflit stratégique entre les Etats-Unis et la Chine, de la crise ukrainienne, des risques de la chaîne d'approvisionnement mondiale et des menaces à la cybersécurité», a-t-il énuméré.

«Le NIS a complètement rompu tout lien avec la politique intérieure, et en ce qui concerne les affaires étrangères et la sécurité nationale, je pense qu'il n'y a pas de parti au pouvoir ou d'opposition.» La nomination de Kim est soumise à une audience de confirmation mais ne nécessite pas l'approbation du Parlement.

Kim Kyou-hyun, nommé directeur du Service national du renseignement (NIS), prête serment lors de son audition de confirmation à l'Assemblée nationale de Séoul, le 25 mai 2022.

Kim Kyou-hyun, nommé directeur du Service national du renseignement (NIS), prête serment lors de son audition de confirmation à l'Assemblée nationale de Séoul, le 25 mai 2022.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page