Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(4e LD) La Corée du Nord tire 3 missiles balistiques vers la mer de l'Est

Actualités 25.05.2022 à 15h53
Ci-dessus, le tir d'un missile sol-sol. Le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) a annoncé le mercredi 25 mai 2022 que les armées sud-coréenne et américaine ont conjointement effectué un exercice de tirs réels de missiles sol-sol suite aux lancements de missiles balistiques de la Corée du Nord. (Photo fournie par le Comité des chefs d'état-major interarmées, JCS. Revente et archivage interdits)
Un missile sol-sol s'envole le mercredi 25 mai 2022 vers la mer de l'Est dans le cadre d'un exercice de tirs mené conjointement par la Corée du Sud et les Etats-Unis suite à des lancements de missiles balistiques de la Corée du Nord. (Photo fournie par le Comité des chefs d'état-major interarmées, JCS. Revente et archivage interdits)
Des missiles balistiques intercontinentaux présumés Hwasong-17 sont présentés au défilé militaire de masse organisé sur la place Kim Il-sung à Pyongyang, le soir du lundi 25 avril 2022, à l'occasion du 90e anniversaire de la fondation de l'Armée révolutionnaire populaire coréenne (ARPC), d'après une annonce de l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
La Télévision centrale nord-coréenne (KCTV) a diffusé des images du tir de nouveau massile balistique intercontinental (ICBM), , le vendredi 25 mars 2022. (Capture d'image de la KCTV. Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 25 mai (Yonhap) -- La Corée du Nord a tiré ce mercredi matin trois missiles balistiques, dont un missile balistique intercontinental (ICBM) présumé, en direction de la mer de l'Est, a fait savoir le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) de la Corée du Sud, à peine un jour après que le président américain Joe Biden a achevé son voyage en Asie au cours duquel il a confirmé l'engagement des Etats-Unis à défendre Séoul et Tokyo.

Le JCS a précisé avoir détecté que les lancements ont été effectués depuis la région de Sunan, à Pyongyang, à environ 6h, 6h37 et 6h42. Il s'agit de la 17e démonstration de force du régime nord-coréen depuis le début de l'année. Le premier des trois tirs a été celui d'un ICBM qui a parcouru une distance de 360 km et atteint une altitude maximale de 540 km, selon le JCS. Les autorités militaires sud-coréennes soulèvent la possibilité d'un récent ICBM de type Hwasong-17.

Le deuxième lancement a impliqué un missile balistique de courte portée, qui a atteint une altitude d'environ 20 km avant de «disparaître», un signe apparent d'échec, a estimé le JCS. Le dernier missile aurait aussi été de courte portée et aurait volé environ sur 760 km avec un apogée de 60 km. Il s'agirait tous deux de missiles verson nord-coréen KN-23, basés sur le missile balistique russe Iskander, d'après une source.

«Le tir d'ICBM du Nord est un nouveau cas de violation du moratoire sur les lancements d'ICBM qu'il a lui-même annoncé à la communauté internationale, et le lancement est une violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et un acte de provocation grave», a dit le JCS dans un texto envoyé aux journalistes. «Tout en renforçant la surveillance et la vigilance, notre armée, en étroite coopération avec les Etats-Unis, maintient une posture totalement prête», a-t-il ajouté.

Ces lancements faisaient suite à des spéculations selon lesquelles le Nord pourrait tester un missile balistique intercontinental (ICBM) ou effectuer un essai nucléaire pour s'affirmer davantage militairement et renforcer l'unité nationale dans un contexte d'épidémie de Covid-19 et de difficultés économiques.

En réponse à cette nouvelle provocation du Nord, la Corée du Sud et les Etats-Unis n'ont pas tardé à répliquer dans la journée d'aujourd'hui en tirant un missile balistique Hyunmoo-II et un missile tactique de l'armée américaine (ATACMS), respectivement, vers la mer de l'Est dans le cadre d'un exercice visant à démontrer leurs «capacités de frappes rapides», a ajouté le JCS.

Biden vient d'achever son premier voyage en Asie depuis son investiture au début de l'année dernière. Durant son sommet avec le président Yoon Suk-yeol samedi dernier, le président américain a réaffirmé l'engagement de Washington à assurer en Corée du Sud une «dissuasion étendue» avec «toutes les capacités de défense des Etats-Unis, dont les capacités nucléaires, conventionnelles et de missiles».

Face aux menaces croissantes de la Corée du Nord, les deux dirigeants sont tombés d'accord pour accroître les exercices combinés des alliés et réactiver le dialogue sur la dissuasion élargie. Biden a aussi confirmé «l'engagement des Etats-Unis à déployer des actifs militaires stratégiques» de manières opportune et coordonnée en cas de nécessité. Plus tôt ce mois-ci, le Nord a tiré ce qui semblait être un ICBM ainsi qu'un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS).

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page