Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Une résolution sur le Nord bloquée au Conseil de sécurité de l'ONU par la Chine et la Russie

Actualités 27.05.2022 à 08h47
L'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, prend la parole lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU tenue le jeudi 26 mai 2022 à New York avant le vote sur une résolution proposée par les Etats-Unis contre la Corée du Nord. (Capture d'écran du site de l'ONU. Revente et archivage interdits)

WASHINGTON, 26 mai (Yonhap) -- Le Conseil de sécurité des Nations unies n'est pas parvenu jeudi à adopter une résolution destinée à imposer de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord pour ses récents tirs d'essai de missiles en raison de l'opposition de la Chine et de la Russie.

«A travers l'adoption de cette résolution, nous pouvons envoyer un message à tous les proliférateurs, selon lequel nous ne tolérerons pas leurs actions qui cherchent à entraver la paix et la sécurité internationales», a déclaré l'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, en exhortant tous les pays membres à voter en faveur de la résolution.

Treize des 15 membres du conseil ont voté pour la résolution proposée par les Etats-Unis. La Chine et la Russie, tous deux membres permanents du conseil disposant d'un droit de veto et proches alliées de la Corée du Nord, ont voté contre la résolution et empêché son adoption. Washington a proposé de nouvelles sanctions après que la Corée du Nord a effectué 16 séries de lancements de missiles depuis le début de l'année.

Pyongyang a tiré trois missiles balistiques, dont un missile balistique intercontinental (ICBM) présumé, plus tôt cette semaine, marquant sa 17e démonstration de force de l'année. Dans une réfutation du plan de vote de jeudi, l'ambassadeur de Chine auprès de l'ONU, Zhang Jun, a déclaré que Pékin s'opposerait à toute tentative de créer une confrontation ou des tensions en Asie du Nord-Est.

«Nous ne pensons pas que des sanctions supplémentaires soient utiles pour répondre à la situation actuelle», a-t-il déclaré aux journalistes plus tôt dans la journée, selon un rapport d'un média étranger.

Thomas-Greenfield a souligné que la Chine et la Russie ont bloqué «toute tentative d'imposer et de mettre à jour les sanctions contre RPDC» au cours des quatre dernières années, permettant au pays récalcitrant de continuer ses activités «illégales». RPDC est le sigle du nom officiel de la Corée du Nord, la République populaire démocratique de Corée.

«La tentative de ces pays de défendre la RPDC ne doit passer inaperçue à ce conseil ou dans le monde», a martelé Thomas-Greenfield.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page