Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Kore-eda : si «Broker» n'est pas apprécié, j'en serai responsable

Actualités 27.05.2022 à 22h49

CANNES, 27 mai (Yonhap) -- L'auteur japonais Hirokazu Kore-eda a dit assumer l'entière responsabilité de toute critique concernant son drame «Broker», en compétition à Cannes, dans lequel jouent des acteurs sud-coréens.

«De grands acteurs et des équipes renommées de Corée ont participé à ce projet», a déclaré le réalisateur japonais à des journalistes sud-coréens mercredi (heure locale) en marge du 75e Festival de Cannes en cours. «Si le film n'est pas amusant, c'est de ma faute».

«Broker», écrit et réalisé par Kore-eda, tourne autour de personnages associés à des boîtes à bébé, qui permettent de déposer anonymement des enfants en bas âge pour qu'ils soient pris en charge par d'autres personnes.

Il s'agit du premier projet en langue coréenne du réalisateur japonais. Il est produit et distribué par des sociétés coréennes, dont CJ ENM, l'une des principales sociétés de divertissement du pays.

La star de «Parasite», Song Kang-ho, joue le rôle principal dans ce drame, aux côtés des acteurs vedettes Kang Dong-won et Bae Doo-na et de la chanteuse et actrice Lee Ji-eun, également connue sous le nom de IU.

Les membres de l'équipe derrière «Parasite», notamment le directeur de la photographie Hong Kyung-pyo et le compositeur Jung Jae-il, ont également fait équipe avec Kore-eda, qui s'est rendu au festival de Cannes pour la huitième fois après «Shoplifters», lauréat de la Palme d'or en 2018.

Photo fournie par CJ ENM montrant le cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda, qui a écrit et réalisé «Broker». (Archivage et revente interdits) (Yonhap)
Photo fournie par CJ ENM montrant une scène du film «Broker». (Archivage et revente interdits) (Yonhap)

«Je peux dire que le film a un excellent casting composé de cinq acteurs principaux et de deux enfants acteurs. Leur performance change d'une manière intéressante», a-t-il déclaré. «J'espère que vous apprécierez leur bonne entente à l'écran».

Lors d'une conférence de presse officielle tenue vendredi, Song a déclaré que jouer dans un projet en langue coréenne dirigé par un réalisateur japonais était une première pour lui.

«Il y a beaucoup de différences culturelles entre la Corée et le Japon. Ce sont des voisins très proches, mais très différents les uns des autres», a-t-il déclaré. «J'ai ressenti cette disparité de manière très intéressante en réalisant ce projet».

L'actrice Lee a dit avoir été intéressée par la façon dont le réalisateur japonais et les acteurs et membres de l'équipe coréens communiquaient sur le plateau.

«Comme le réalisateur et les acteurs utilisent des langues différentes, nous nous concentrions tous davantage sur les mots de l'autre sur le plateau», a-t-elle déclaré.

«Broker» a reçu des critiques mitigées de la part des médias après la projection officielle du film jeudi, qui est en compétition officielle à Cannes.

Le quotidien britannique Guardian lui a attribué deux étoiles sur cinq, estimant que le nouveau film de Kore-eda est «fondamentalement stupide, avec des personnages vraiment superficiels».

Le quotidien souligne que le film dépeint le courtier (Song), ou kidnappeur, qui vole un nouveau-né et le propose à la vente sur le marché noir, comme un «aimable voyou».

Le Telegraph a également attribué deux étoiles à ce film, affirmant qu'«il s'agit peut-être de la plus grande déception de la compétition cannoise.»

Le média américain Deadline a lui déclaré que «Broker» souffrait d'un certain «relâchement» dans la narration, mais que son ton chaleureux et humoristique fonctionne bien tout au long de l'histoire. «L'estimé réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda est sur la corde raide entre l'observation sociale et le sirupeux dans le film Broker, en compétition à Cannes», selon Deadline.

Le magazine de divertissement américain Variety a loué le film pour sa bienveillance dénuée de jugement sur les boîtes à bébé et leurs histoires, ajoutant que «le public en vient de manière inattendue à éprouver de l'empathie pour pratiquement toutes les personnes impliquées dans l'achat et la vente d'un petit paquet de joie».

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page