Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Park Chan-wook : «Un film réalisé pour le grand écran doit être regardé dans les salles de cinéma»

Actualités 29.05.2022 à 15h07
Le réalisateur de «Decision to Leave», Park Chan-wook, donne une conférence de presse le 24 mai 2022 au Festival de Cannes en France. (EPA=Yonhap)

CANNES/SEOUL, 29 mai (Yonhap) -- Le cinéaste sud-coréen Park Chan-wook a souligné samedi (heure française) que le futur du cinéma était étroitement lié à celui des salles obscures qui offrent une expérience cinématographique incomparable.

«Notre expérience consistant à nous concentrer entièrement sur un film et à le regarder en même temps avec un grand nombre de personnes dans une salle de cinéma est sans comparaison», a-t-il déclaré lors d'une conférence après la cérémonie de clôture du 75e Festival de Cannes. Il a remporté le Prix de la mise en scène pour son dernier long métrage «Decision to Leave».

«Chaque œuvre a sa propre plate-forme», a ajouté Park qui a essayé plusieurs supports autres que les films comme la mini-série télévisée «The Little Drummer Girl» (2018) et le court-métrage «Life is But a Dream» (2022), tourné entièrement avec un iPhone. «Un film réalisé pour le grand écran doit être regardé dans les salles de cinéma.»

Ces propos sont intervenus après qu'il a exprimé son respect pour l'industrie du film mondiale qui a surmonté plusieurs années de pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19) dans son discours d'acceptation après avoir été élu meilleur réalisateur.

«Il y a eu un moment où les spectateurs ne fréquentaient plus les salles de cinéma mais ça a été l'occasion de nous rendre compte de la valeur des salles de cinéma», a-t-il déclaré. «Alors que nous avons de l'espoir et de la force pour surmonter cette pandémie, je suis persuadé que nos films et nous les cinéastes garderont les salles de cinéma et le cinéma vivants pour toujours».

Il a indiqué que son film «Decision to Leave» a été inspiré des romans policiers ayant pour héros le détective de fiction suédois Martin Beck et écrits conjointement par Maj Sjowall et Per Wahloo et de la chanson «Mist» qui fait partie de la bande originale du film.

«J'ai eu l'idée de faire un film de crime mené par un inspecteur de police attentionné et poli (comme Martin Beck) et un film d'amour avec la vieille chanson coréenne "Mist"», a-t-il confié. «Ce film a été réalisé en partant de ces deux souhaits.»

Mettant en vedette l'actrice chinoise Tang de «Lust, Caution» (2007) et l'acteur sud-coréen Park de «Memories of Murder» (2003), «Decision to Leave» raconte l'histoire d'un inspecteur de police qui soupçonne une veuve mystérieuse dans une enquête sur un meurtre et qui tombe amoureux au fil des jours.

Il s'agit de l'un des films de Park qui placent les personnages féminins au centre avec «Lady Vengeance» (2005) et «Mademoiselle» (2016).

Il a expliqué que l'ambiance du film changeait dans la deuxième moitié. L'héroïne devient alors la principale narratrice qui conduit l'histoire à son point culminant.

«La mystérieuse et séduisante femme qui fait l'objet de l'observation de l'homme dans la première moitié du film mène l'intrigue et se met au centre de l'histoire», a-t-il noté. «C'est le point le plus important que je souhaite raconter dans ce film.»

Avec cette distinction, le réalisateur âgé de 58 ans compte à son actif trois distinctions à Cannes dont le Grand Prix, la deuxième plus haute distinction, pour son thriller «Oldboy» en 2003.

Il est aussi devenu le deuxième réalisateur sud-coréen à être distingué dans cette catégorie après le cinéaste de renom Im Kwon-taek pour son film dramatique historique «Ivre de femmes et de peinture» (Chiwaseon) en 2002.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page