Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(4e LD) La Corée du Nord tire 8 missiles balistiques vers la mer de l'Est

Actualités 05.06.2022 à 14h45
Des personnes regardent la nouvelle concernant le tir de missile balistique de la Corée du Nord à la gare de Séoul, le samedi 7 mai 2022.
Des missiles balistiques intercontinentaux présumés Hwasong-17 sont présentés au défilé militaire de masse organisé sur la place Kim Il-sung à Pyongyang, le soir du lundi 25 avril 2022, à l'occasion du 90e anniversaire de la fondation de l'Armée révolutionnaire populaire coréenne (ARPC), d'après une annonce de l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Les marines sud-coréenne et américaine effectuent un exercice conjoint dans les eaux internationales au large d'Okinawa, le samedi 4 juin 2022. (Photo fournie par le Comité des chefs d'état-major interarmées, JCS. Revente et archivage interdits)
Une réunion du Conseil de sécurité nationale (NSC) se déroule au bureau présidentiel à Yongsan, le jeudi 19 mai 2022. (Photo fournie par le bureau présidentiel. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 05 juin (Yonhap) -- La Corée du Nord a tiré huit missiles balistiques de courte portée vers la mer de l'Est ce dimanche, un jour après que Séoul et Washington ont achevé leurs exercices conjoints près de la péninsule impliquant un porte-avions américain, selon le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS). Il s'agit de la 18e démonstration de force du régime communiste depuis le début de l'année.

Le JCS a déclaré que les lancements avaient été détectés entre 9h08 et 9h43 depuis les régions de Sunan à Pyongyang, de Kaechon, au nord de la capitale, du nord-ouest de Tongchang-ri et de la ville orientale de Hamhung.

Les missiles ont volé entre 110 et 670 km à des altitudes de 25-90 km et à des vitesses de Mach 3-6, a-t-il ajouté.

Les autorités du renseignement de la Corée du Sud et des Etats-Unis effectuent actuellement des analyses pour obtenir plus de détails, a indiqué le JCS.

«Les lancements continus de missiles balistiques du Nord sont des provocations qui posent une menace significative à la paix et à la sécurité non seulement sur la péninsule coréenne mais aussi pour le monde», a souligné le JCS dans un communiqué.

Peu après le lancement, le chef d'état-major des armées sud-coréennes, le général Won In-choul, et le général Paul LaCamera, le commandant des forces combinées (CFC) Corée du Sud-Etats-Unis, ont tenu une visioconférence et réaffirmé les capacités des alliés et la posture de défense pour suivre et intercepter immédiatement les missiles nord-coréens, selon le JCS.

Il s'agit de la 18e démonstration de force du régime communiste depuis le début de l'année et la troisième depuis l'investiture du président Yoon Suk-yeol le 10 mai qui s'est engagé à sévir contre le régime récalcitrant.

Le Nord a effectué des tirs d'essai de missile balistique intercontinental (ICBM) et de deux missiles balistiques de courte portée présumés vers la mer de l'Est le 25 mai dernier, juste après le voyage du président Joe Biden à Séoul et Tokyo.

Des officiels des gouvernements sud-coréen et américain avaient indiqué que Pyongyang semblait avoir achevé ses préparatifs en vue d'un nouvel essai nucléaire.

La veille, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont achevé leur exercice combiné de trois jours dans les eaux internationales au large d'Okinawa avec la mobilisation du porte-avions à propulsion nucléaire USS Ronald Reagan, apparemment afin d'envoyer un message ferme contre les provocations continues de missiles de la Corée du Nord.

C'était la première fois que les alliés mobilisaient un porte-avions à propulsion nucléaire durant une manœuvre combinée depuis novembre 2017. La Corée du Nord est très sensible à ce type d'exercice militaire conjoint des alliés. Selon elle, il s'agit d'une répétition d'invasion.

Le Commandement pour l'Indo-Pacifique des Etats-Unis a déclaré ce dimanche que les lancements de missiles soulignent «l'effet déstabilisateur du programme d'armes illégales de la RPDC». RPDC est le sigle du nom officiel de la Corée du Nord.

«Nous sommes conscients des tirs de missiles balistiques de la RPDC et consultons étroitement nos alliés et partenaires», a-t-il dit dans un communiqué de presse. «L'engagement américain à défendre la république de Corée et le Japon reste ferme.»

Le bureau présidentiel a convoqué un réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale (NSC) en réponse aux derniers lancements de missiles du Nord. Il a fortement condamné le Nord dans un communiqué publié après la session présidée par le conseiller à la sécurité nationale Kim Sung-han.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page