Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) La Corée du Nord fera face à une réponse «rapide et forte» en cas d'essai nucléaire

Actualités 07.06.2022 à 20h22

SEOUL, 07 juin (Yonhap) -- La secrétaire d'Etat adjointe américaine Wendy Sherman a averti que la Corée du Nord ferait face à une réponse «rapide et forte» si le régime récalcitrant procède à un essai nucléaire comme largement anticipé.

La haute diplomate américaine a formulé cette mise en garde après qu'elle a rencontré son homologue sud-coréen, Cho Hyun-dong, à Séoul pour discuter des tirs de missiles menés par le Nord le week-end dernier et de la possibilité de le voir effectuer ce qui serait son septième essai nucléaire.

«Tout test nucléaire serait une violation complète des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies», a déclaré aux journalistes Sherman. «Il y aurait une réponse rapide et forte à un tel test.»

«Le monde entier répondra de manières forte et claire. Nous sommes prêts», a-t-elle ajouté.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré avoir détecté des signes montrant que le Nord prépare un essai nucléaire sur son site de Punggye-ri. L'un des tunnels là-bas a rouvert, a dit le directeur général de l'AIEA, Rafael Grossi, à une réunion du Conseil des gouverneurs de l'AIEA à Vienne lundi (heure locale).

A propos de la situation épidémique au Nord, la diplomate américaine a appelé le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à se focaliser sur les moyens de faire face à la question de santé publique «plutôt que de prendre des actions provocatrices, dangereuses et déstabilisatrices».

Le premier vice-ministre des Affaires étrangères Cho Hyun-dong (à dr.) et son homologue américaine, Wendy Sherman, posent pour une séance photos le mardi 7 juin 2022 avant d'entamer leur réunion sur le renforcement de l'alliance bilatérale au ministère des Affaires étrangères à Séoul.

Le premier vice-ministre des Affaires étrangères Cho Hyun-dong (à dr.) et son homologue américaine, Wendy Sherman, posent pour une séance photos le mardi 7 juin 2022 avant d'entamer leur réunion sur le renforcement de l'alliance bilatérale au ministère des Affaires étrangères à Séoul.

Le premier ministre Han Duck-soo (à droite) rencontre la secrétaire d'Etat adjointe américaine Wendy Sherman dans son bureau à Séoul le 7 juin 2022. (Photo fournie par le bureau du Premier ministre. Archivage et revente interdits) (Yonhap)

Le premier ministre Han Duck-soo (à droite) rencontre la secrétaire d'Etat adjointe américaine Wendy Sherman dans son bureau à Séoul le 7 juin 2022. (Photo fournie par le bureau du Premier ministre. Archivage et revente interdits) (Yonhap)

Cela dit, Sherman a réitéré la volonté de l'administration Joe Biden de s'engager de nouveau avec le Nord.

«Les Etats-Unis n'ont aucune intention hostile à l'égard de la RPDC. Nous continuons d'exhorter Pyongyang à cesser ses activités déstabilisatrices et provocatrices et à choisir le chemin de la diplomatie», a-t-elle souligné. La RPDC est le sigle du nom officiel du Nord, République populaire démocratique de Corée.

Cho a dit que lui et Sherman ont souligné l'importance d'une réponse «internationale déterminée et unie» et sont convenus de coordonner étroitement leurs actions contre les provocations de la Corée du Nord à l'ONU.

«Si la Corée du Nord procède à un essai nucléaire à tout hasard, nous n'aurons pas d'autre choix que d'envisager de nouvelles sanctions contre le Nord en coordination avec les Etats-Unis et la communauté internationale», a déclaré aux journalistes Cho.

Le Conseil de sécurité de l'ONU n'est pas parvenu à adopter une résolution proposée par les Etats-Unis en vue d'imposer des sanctions contre Pyongyang en raison des vetos de la Chine et de la Russie, toutes deux des alliées de Pyongyang.

Lors de leur première consultation en face à face depuis le lancement du gouvernement Yoon Suk-yeol, les hauts diplomates sont convenus de favoriser les communications à tous les niveaux en vue de mettre en œuvre les accords parvenus au premier sommet entre Yoon et le président américain Joe Biden le mois dernier dont un accord pour l'élargissement et l'approfondissement des liens Séoul-Washington en vue d'un «partenariat stratégique global».

Cho et Sherman projettent de se rencontrer de nouveau à Séoul demain lors d'une réunion trilatérale avec leur homologue japonais Takeo Mori, qui se focalisera probablement sur leur réponse coordonnée face à la Corée du Nord et leur coopération pour d'autres questions régionales.

La précédente réunion entre vice-ministres des Affaires étrangères des puissances régionales a eu lieu à Washington en novembre dernier.

Sherman a rencontré le Premier ministre Han Duck-soo plus tard dans la journée de mardi. Il s'agissait de la première rencontre entre Han et un diplomate étranger depuis son entrée en fonction.

Han a exprimé l'espoir que l'adhésion de la Corée du Sud au Cadre économique indo-pacifique (IPEF), la nouvelle initiative économique dirigée par les Etats-Unis, contribuera à développer les relations bilatérales.

En réponse, Sherman a remercié Séoul pour sa décision de rejoindre l'IPEF et a dit espérer que les deux pays développeront les chaînes d'approvisionnement en semi-conducteurs.

lsr@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page