Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul, Washington et Tokyo conviennent d'intensifier leurs efforts conjoints pour contrer les menaces des missiles nord-coréens

Actualités 12.06.2022 à 10h22

SINGAPOUR, 12 juin (Yonhap) -- Les chefs de la Défense de la Corée du Sud, des Etats-Unis et du Japon sont convenus samedi d'intensifier leur coopération pour contrer les menaces posées par les missiles de la Corée du Nord à travers leurs exercices de sécurité réguliers combinés, a déclaré le ministère de la Défense.

Lee Jong-sup et ses homologues américains et japonais, Lloyd Austin et Nobuo Kishi, sont parvenus à cet accord lors de leur réunion tenue en marge du Dialogue Shangri-La, un forum annuel sur la sécurité, à Singapour.

Il s'agit de la première réunion en personne des hauts responsables de la défense des puissances régionales depuis novembre 2019. Les pourparlers trilatéraux sont intervenus suite à une série de lancements de missiles balistiques nord-coréens et sur fond d'inquiétudes quant à un éventuel nouvel essai nucléaire de Pyongyang.

Ils «sont convenus de mener les exercices d'alerte et de suivi de missiles balistiques Corée du Sud-Etats-Unis-Japon», a indiqué le ministère dans un communiqué de presse. Il n'a pas précisé quand les exercices auront lieu.

Les trois parties ont organisé des exercices d'alerte et de suivi de missiles tous les trimestres et tous les deux ans, respectivement, ou à intervalles irréguliers. Depuis 2018, les entraînements se sont déroulés de manière discrète, apparemment pour soutenir les efforts visant à pousser Pyongyang à dialoguer.

Ces programmes devraient désormais avoir lieu «plus publiquement», a déclaré une source.

Washington cherche à renforcer la coopération trilatérale en matière de sécurité malgré les disputes de longue date entre Séoul et Tokyo, principalement dues à la colonisation de la Corée par le Japon de 1910 à 1945.

Lee a tracé une ligne claire entre les exercices de la Corée du Sud et des Etats-Unis, impliquant des manœuvres de troupes sur le terrain, et les exercices à trois.

«Nous devrions les aborder de manière différente», a déclaré Lee aux journalistes.

Lee, Austin et Kishi sont également convenus d'identifier des moyens «supplémentaires» que les trois parties puissent mener pour répondre aux menaces des missiles nord-coréens, a indiqué le ministère.

Ils se sont engagés à ce que leurs pays travaillent en étroite collaboration pour atteindre l'objectif commun de parvenir à la dénucléarisation complète et à une paix durable dans la péninsule coréenne, et ont réaffirmé l'importance de la mise en œuvre «intégrale» des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur le Nord, a indiqué le ministère.

«Les trois parties ont souligné l'importance d'une coopération internationale continue dans le but de dissuader, de perturber et finalement d'éliminer les transferts illicites de navire à navire par le Nord», a déclaré le ministère.

Les trois chefs de la Défense ont également envoyé un message apparent à la Chine.

«Les trois diplomates ont exprimé leur forte opposition à tout acte unilatéral qui modifierait le statu quo et aggraverait la tension régionale», a déclaré le ministère. «Ils ont souligné l'importance de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taïwan.»

Avant la session trilatérale, Lee et Austin se sont rencontrés bilatéralement et ont discuté de la dissuasion conjointe pour contrer les menaces nord-coréennes.

«Fondamentalement, nous avons discuté de divers moyens de renforcer l'applicabilité de la dissuasion étendue», a déclaré Lee aux journalistes après les pourparlers sans mentionner plus de détails.

La dissuasion étendue fait référence à l'engagement déclaré de l'Amérique à mobiliser la gamme complète de ses capacités militaires, y compris nucléaires, pour défendre son allié.

Austin a souligné la détermination de Washington à offrir une dissuasion étendue impliquant l'ensemble de ses capacités militaires, y compris les capacités de défense nucléaire, conventionnelle et antimissile, selon le ministère sud-coréen de la Défense.

Lee et Austin ont également réitéré l'engagement des deux pays à élargir la portée et la taille des exercices et entraînements militaires combinés, comme convenu lors du sommet du mois dernier entre le président Yoon Suk-yeol et son homologue américain, Joe Biden.

Lee a profité des entretiens pour souligner l'importance des efforts conjoints pour réactiver la stratégie de dissuasion élargie et le groupe de consultation des deux pays, organiser des exercices de simulation sur l'utilisation des moyens de dissuasion et déployer les dispositifs militaires stratégiques américains de manière coordonnée et en temps opportun, selon le ministère.

Les deux parties ont également abordé la question de l'Ukraine. Austin a mentionné la pénurie d'armes en Ukraine et remercié Séoul d'avoir envoyé de l'aide au pays déchiré par la guerre et d'avoir participé à l'application des sanctions contre la Russie, a déclaré un responsable de Séoul aux journalistes.

La réunion de samedi a constitué les premières discussions en présentiel entre Lee et Austin depuis que Lee a pris ses fonctions le mois dernier.

Le ministre de la Défense Lee Jong-sup (à dr.) et ses homologues américains et japonais, Lloyd Austin et Nobuo Kishi, posent pour une séance photos avant leurs entretients en marge du Dialogue Shangri-La, un forum annuel sur la sécurité, à Singapour, le samedi 11 juin 2022 (heure locale). (Pool photo)

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page