Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Etude de séroprévalence : 19 Coréens sur 20 ont développé des anticorps au Covid-19

Actualités 14.06.2022 à 17h08
Un citoyen s'apprête à subir un test de dépistage pour le nouveau coronavirus (Covid-19) dans un centre provisoire devant la gare de Séoul, le lundi 13 juin 2022.

Un citoyen s'apprête à subir un test de dépistage pour le nouveau coronavirus (Covid-19) dans un centre provisoire devant la gare de Séoul, le lundi 13 juin 2022.

Centre provisoire de dépistage. (Photo d'archives Yonhap)

Centre provisoire de dépistage. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 14 juin (Yonhap) -- Pas moins de 19 Sud-Coréens sur 20 ont développé des anticorps au nouveau coronavirus (Covid-19) après avoir été vaccinés ou infectés par le virus, a montré ce mardi une étude de séroprévalence menée auprès de 1.612 personnes âgées de 10 ans ou plus dans 16 grandes villes et provinces du pays de janvier à avril.

D'après cette étude, le niveau de séroprévalence s'est élevé à 94,9% chez les personnes qui ont été soumises à des tests sérologiques, a indiqué le QG central des catastrophes et contre-mesures de sécurité. Parmi les sujets testés, 1.530 personnes, soit 94,9%, possédaient des anticorps anti-Spike qui sont produits dans le cadre d'une infection par le Covid-19 ou dans le cadre d'une vaccination alors que 241 personnes, soit 15%, avaient des anticorps anti-nucléocapside générés uniquement par contamination.

Notamment, la part des personnes ayant développé des anticorps anti-nucléocapside a fortement augmenté sur fond de vague Omicron : 0,6% en janvier, 2,5% en février, 16,5% en mars et 36,1% en avril. En avril, le niveau de séroprévalence des anticorps anti-nucléocapside (36,1%) était beaucoup plus élevé que le taux d'incidence global dans la population âgée de plus de 10 ans (29,5%).

«Suite à l'augmentation continue du nombre d'infections dans la communauté locale, le nombre de personnes contaminées mais non diagnostiquées semble avoir aussi augmenté», a expliqué le QG. Malgré le niveau de séroprévalence avoisinant les 95%, le gouvernement reste toujours réticent à lever l'obligation du port du masque de protection à l'intérieur.

«Il est possible d'être infecté (par le Covid-19) même si on a développé des anticorps et la possibilité d'infection dépend aussi de la question de savoir si les patients sont complètement guéris ou non et du moment de la guérison. De même, les personnes qui ont déjà été infectées peuvent être contaminées de nouveau en cas d'apparition d'un nouveau variant», a noté Lim Sook-young, responsable de l'Agence coréenne de contrôle et prévention des maladies (KDCA), avant d'appeler à une approche prudente quant à la levée du port obligatoire du masque de protection à l'intérieur.

Les autorités sanitaires visent à effectuer une étude de séroprévalence auprès de 30.000 personnes âgées de cinq ans ou plus à travers tout le pays avant la fin de l'année afin de déterminer plus précisément le nombre de personnes infectées par le Covid-19 et d'analyser les facteurs de risque des vagues épidémiques.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page