Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Contre la mise en place de salaires minimums selon les secteurs

Actualités 17.06.2022 à 09h29
L'administrateur de la Fédération des employeurs coréens (KEF), Ryu Gi-Jeong (à g.), et le secrétaire général de la Fédération des syndicats coréens (FKTU), Lee Dong-ho, assistent à la deuxième réunion plénière du Conseil du salaire minimum au complexe gouvernemental à Sejong, le mardi 17 mai 2022.

SEOUL, 17 juin (Yonhap) -- La Commission du salaire minimum, une entité tripartite rassemblant des représentants des travailleurs, des employeurs et du public, s'est prononcée contre la mise en place de salaires minimums selon les secteurs lors d'un vote (16 contre et 11 pour) mené par les 27 membres de la commission. Cette proposition de différenciation faisait partie des promesses électorales du président Yoon Suk-yeol.

La réunion plénière de la commission a débuté à 15h ce jeudi et le résultat du vote est sorti vers 23h30. Un communiqué a été publié, confirmant que «la commission a décidé que le salaire minimum pour l'année 2023 soit un montant unique pour tous les secteurs d'activité.»

Selon la loi concernant le salaire minimum, en particulier l'article 4, il est possible de différencier les salaires minimums par secteur mais elle a été appliquée une fois lors de la législation de cette loi en 1988. Le système de salaire minimum unique pour tous les secteurs a été maintenu depuis l'année suivante jusqu'à aujourd'hui.

La partie des employeurs de la commission a prétendu à l'ouverture de cette réunion, via Ryu Gi-jeong, administrateur de la Fédération des employeurs coréens (KEF), que «la capacité de paiement et la productivité sont complètement différentes selon les secteurs. […] Il faut appliquer différemment le salaire minimum pour les secteurs en difficulté».

Le représentant des travailleurs, Lee Dong-ho, secrétaire général de la Fédération des syndicats coréens (FKTU), a répliqué : «Le milieu du travail a diligemment participé à la commission afin de ne pas provoquer de scission et la différenciation des salaires minimums par secteur inscrite dans la loi est devenue lettre morte», «il faut abroger cette loi de différenciation qui ébranle le système du salaire minimum d'une manière irréversible.»

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page