Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(4e LD) La Corée du Sud lance avec succès la fusée spatiale Nuri lors de sa deuxième tentative

Actualités 21.06.2022 à 18h27
La première fusée spatiale fabriquée grâce à des technologies sud-coréennes, Nuri ou KSLV-II, transportant cinq satellites, décolle du centre spatial de Naro à Goheung, dans la province du Jeolla du Sud, à 473 km au sud de Séoul, le mardi 21 juin 2022. (Pool photo)
La première fusée spatiale sud-coréenne, Nuri ou KSLV-II, décolle du centre spatial de Naro à Goheung, dans la province du Jeolla du Sud, à 473 km au sud de Séoul, le mardi 21 juin 2022.

SEOUL, 21 juin (Yonhap) -- La Corée du Sud a lancé avec succès ce mardi sa première fusée spatiale construite avec des technologies locales dans le cadre de sa deuxième tentative pour mettre en orbite des satellites, une mission cruciale de son programme spatial.

La fusée Nuri de 200 tonnes, également connue sous le nom de KSLV-II, a décollé à 16h du centre spatial de Naro à Goheung, dans le sud du pays et a achevé avec succès sa séquence de vol, selon le ministère de la Science et des TIC.

La fusée a déployé des satellites à l'altitude cible de 700 kilomètres comme prévu. Parmi ceux-ci, un satellite de vérification des performances a atteint avec succès son orbite, selon les responsables.

«C'est un moment monumental, non seulement dans l'histoire de la science et de la technologie de la Corée du Sud, mais aussi dans l'histoire de la Corée du Sud», a déclaré le ministre de la Science, Lee Jong-ho, lors d'un briefing au centre spatial de Naro.

La Corée du Sud est devenue le septième pays au monde à développer un lanceur spatial capable de transporter un satellite de plus d'une tonne, après la Russie, les Etats-Unis, la France, la Chine, le Japon et l'Inde.

Le tir de mardi était le deuxième après que la première tentative se soit soldée par un échec.

Lors de son premier lancement, Nuri a atteint avec succès l'altitude cible de 700 kilomètres, mais n'est pas parvenue à mettre en orbite un satellite factice, le moteur du troisième étage s'étant éteint plus tôt que prévu.

Les ingénieurs du KARI ont renforcé le dispositif d'ancrage du réservoir d'hélium à l'intérieur du réservoir d'oxydant du troisième étage de Nuri.

Cette fois-ci, la fusée a transporté un satellite de vérification des performances de 162,5 kilogrammes destiné à tester les capacités de la fusée et de quatre satellites cubiques développés par quatre universités à des fins de recherche universitaire, ainsi que d'un satellite factice de 1,3 tonne.

La Corée du Sud, qui a rejoint relativement tardivement la course spatiale mondiale, a investi près de 2.000 milliards de wons (1,8 milliard de dollars) pour la construction de Nuri depuis 2010. Les lancements de la Corée du Sud se sont soldées par des échecs en 2009 et 2010.

En 2013, la Corée du Sud a lancé avec succès sa toute première fusée spatiale Naro, bien que son premier étage ait été construit en Russie.

Le pays vise à procéder à quatre autres tirs de la fusée Nuri d'ici 2027. Il a aussi lancé une étude préliminaire de faisabilité pour le successeur de Nuri avec le but d'envoyer un module d'atterrissage vers la Lune en 2031.

rainmaker0220@yna.co.kr

lsr@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page