Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Le ministre de l'Unification met en garde la Corée du Nord contre toute provocation

Actualités 24.06.2022 à 18h21

SEOUL, 24 juin (Yonhap) -- Le ministre de l'Unification Kwon Young-se a mis en garde ce vendredi la Corée du Nord contre la poursuite de ses provocations, affirmant que celles-ci ne feraient que conduire à des sanctions plus sévères.

Kwon a prononcé un discours lors d'un symposium annuel, organisé conjointement par l'agence de presse Yonhap et son ministère. Ce symposium, qui a réuni de hauts fonctionnaires et des experts en sécurité nationale, a eu pour but de discuter des moyens de relever les multiples défis auxquels est confrontée la péninsule coréenne, comme les provocations de Pyongyang, l'invasion de l'Ukraine par la Russie ou la rivalité croissante entre les Etats-Unis et la Chine.

«La Corée du Nord a refusé d'engager le dialogue, répétant ses provocations. Mais elle n'a rien à gagner de ces provocations», a souligné le ministre. Si Pyongyang cherche ainsi à augmenter son pouvoir de négociation et à créer des conditions plus favorables, c'est une idée «très mauvaise», a-t-il ajouté.

Le ministre a assuré que l'administration conservatrice du président Yoon adoptera une approche différente de celle du précédent gouvernement vis-à-vis du régime de Kim Jong-un. Il a réaffirmé que le gouvernement encouragera un «dialogue pratique et souple» avec le Nord de manière «responsable».

Il a déclaré qu'il n'était pas impossible pour les deux parties d'entreprendre de nombreux projets d'infrastructure communs avec l'accord de la communauté internationale.

Pendant une session de discussion, Daniel Russel, vice-président pour la sécurité internationale et la diplomatie à l'Asia Society Policy Institute, a averti que la Corée du Nord se dirigeait probablement vers une nouvelle période de «feu et de fureur».

Le ministre de l'Unification, Kwon Young-se, prononce un discours liminaire au symposium sur la paix organisé par l'agence de presse Yonhap et le ministère de l'Unification à l'hôtel Lotte à Séoul, le 24 juin 2022. (Yonhap)
Le Symposium sur la paix dans la péninsule coréenne 2022 se déroule le vendredi 24 juin 2022 à l'hôtel Lotte à Séoul.
Le PDG et président de Yonhap, Seong Ghi-hong, s'exprime lors d'un symposium sur la paix organisé par l'agence de presse Yonhap et le ministère de l'Unification à Séoul, le 24 juin 2022.

Selon lui, Kim Jong-un est bien conscient qu'il peut désormais «compter sur la Chine et la Russie pour le tolérer et le protéger plus que jamais auparavant».

Abordant les relations entre la Corée du Sud et les Etats-Unis à la lumière de la stratégie indo-pacifique de l'administration Joe Biden, Russel a déclaré que Séoul pouvait être un «partenaire actif» pour Washington dans divers domaines. Russel est connu pour son expertise sur les questions régionales, ayant travaillé comme secrétaire d'Etat adjoint aux affaires de l'Asie de l'Est et du Pacifique sous l'ancien président Barack Obama de 2013 à 2017.

La représentante américaine d'origine coréenne Young Kim (R-CA) a déclaré, également par vidéoconférence, que la question des droits de l'Homme en Corée du Nord devait être traitée en même temps que les autres questions en suspens, notamment la dénucléarisation. Elle a souligné que la Corée du Sud et les Etats-Unis devaient intensifier la pression sur le dirigeant nord-coréen pour qu'il respecte les valeurs universelles.

La deuxième session a donné lieu à des discussions sur les stratégies de l'administration Yoon concernant les relations intercoréennes et l'alliance Séoul-Washington, et sur la manière de ramener le Nord à la table des négociations.

L'ancien ambassadeur en Russie Wi Sung-lac, qui a été l'envoyé principal de Séoul pour les questions nucléaires, a souligné l'importance de trouver le «point d'équilibre idéal» dans un environnement géopolitique en mutation rapide, notamment une rivalité croissante entre les Etats-Unis, la Chine et la Russie.

«Le point important pour la Corée du Sud est de savoir à quel niveau d'alliance elle va renforcer sa coopération avec les Etats-Unis et comment elle va gérer la contre-réaction de la Chine et de la Russie», a-t-il déclaré. «Il est clair que la Corée du Nord deviendra plus provocatrice si la Corée du Sud renforce sa coopération avec les Etats-Unis.»

Ahn Ho-young, ancien ambassadeur de Corée du Sud aux Etats-Unis, a fait une présentation sur les 70 ans d'histoire de l'alliance et son avenir.

Parmi les autres participants au forum figuraient Kim Hyung-suk, ancien vice-ministre de l'Unification, et Jung Sung-chun, vice-président du Korea Institute for International Economic Policy.

Le PDG de l'agence de presse Yonhap, Seong Ghi-hong, a dit souhaiter voir le forum fournir une occasion de «relever les défis qui se présentent à nous et obtenir la sagesse pour bâtir le sort futur de la péninsule coréenne», lors de son discours d'ouverture. Seong a souligné que la voie de la paix et de la prospérité sur la péninsule coréenne devenait sombre, alors que la détermination de la Corée du Nord pour des armes nucléaires devient plus forte.

«C'est le moment d'évaluer de manière rigoureuse la sécurité et l'impact économique du changement des situations de sécurité dans la péninsule coréenne et la communauté internationale», a-t-il dit.

Le Premier ministre Han Duck-soo, le maire de la ville de Séoul Oh Se-hoon, le gouverneur nouvellement élu de la province du Gyeonggi Kim Dong-yeon, le ministre des Affaires étrangères Park Jin, ainsi que d'autres figures politiques et économiques ont été présents à la cérémonie d'ouverture qui s'est déroulée à l'hôtel Lotte du centre de Séoul et qui a été diffusée en direct en streaming sur le site https://www.onekorea2022.co.kr.

rainmaker0220@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page