Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La cote d'approbation de Yoon interrompt sa chute et remonte à 34%

Actualités 28.07.2022 à 16h56

SEOUL, 28 juil. (Yonhap) -- La cote de popularité du président Yoon Suk-yeol a augmenté de 1 point de pourcentage par rapport à deux semaines plus tôt pour atteindre 34%, mettant fin à plusieurs semaines de baisse, a révélé ce jeudi un sondage.

Dans l'étude menée auprès de 1.007 électeurs à l'échelle nationale par les sondeurs Embrain Public, Kstat Research, Korea Research et Hankook Research, 34% ont approuvé la façon dont Yoon gère les affaires de l'Etat, tandis que 54% ont donné une évaluation négative.

Le résultat de l'enquête bihebdomadaire est le premier depuis des semaines au cours desquelles le taux d'approbation de Yoon a augmenté. Après avoir atteint 54% la première semaine de juin, il est tombé à 45% la dernière semaine de juin et à 33% la deuxième semaine de juillet. Le taux de désapprobation a augmenté de 1 point de pourcentage au cours de la même période pour atteindre 54%.

Concernant l'éventuelle grâce spéciale pour l'héritier de Samsung, Lee Jae-yong, 77% ont dit être en faveur, tandis que 19% étaient opposés. Quelque 49% ont déclaré qu'ils approuvaient l'octroi d'une grâce au président de Lotte, Shin Dong-bin, tandis que 38% s'y opposaient.

Lee est actuellement en liberté conditionnelle après avoir écopé d'une peine de prison de deux ans et demi pour corruption et détournement de fonds impliquant l'ancienne présidente Park Geun-hye. Shin a été condamné en octobre 2018 à deux ans et demi sous les verrous, avec un sursis de quatre ans, dans une affaire de corruption similaire impliquant l'ancienne présidente Park.

Le président Yoon Suk-yeol. (Photo d'archives)

Sur l'octroi d'une grâce à l'ancien président Lee Myung-bak, 39% ont déclaré qu'ils seraient favorables, tandis que 56% étaient contre.

En ce qui concerne la création prévue par le gouvernement d'un bureau de contrôle de la police sous le ministère de l'Intérieur, 56% ont déclaré qu'il était inapproprié, citant des inquiétudes quant à la compromission de la neutralité et de l'indépendance politiques de l'agence d'application de la loi. Quelque 32% ont estimé qu'il s'agissait d'une mesure nécessaire pour limiter le pouvoir d'enquête croissant de la police.

L'enquête conjointe avait une marge d'erreur de 3,1 points de pourcentage et un niveau de confiance de 95%.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page