Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Enseignants et parents s'opposent à l'abaissement de l'âge d'entrée à l'école à 5 ans

Actualités 01.08.2022 à 15h16

SEOUL, 01 août (Yonhap) -- L'opposition grandit parmi les enseignants et les parents au projet du gouvernement d'abaisser l'âge d'entrée à l'école élémentaire d'un an à cinq ans dès 2025.

Présentant les principaux plans politiques de cette année au président Yoon Suk-yeol la semaine dernière, le ministère de l'Education a déclaré qu'il entamerait bientôt des discussions sur le plan visant à abaisser l'âge actuel de six à cinq ans et à le mettre en œuvre en 2025 au plus tôt après un consensus social.

Avec ce plan, Séoul cherche à prendre en charge davantage de services de garde pour les petits enfants dans un contexte de faible taux de natalité, à combler les lacunes en matière d'éducation et, au final, à aider les diplômés à décrocher un emploi et à commencer leur carrière plus tôt que maintenant.

De nombreux enseignants et parents expriment cependant des objections au plan qui, selon eux, pourrait encore approfondir la concurrence déjà féroce pour les notes et faire peser le fardeau de la scolarité sur les enfants de cinq ans intellectuellement non préparés.

Lundi, un total de 36 groupes civiques représentant les enseignants et les parents des écoles maternelles et scolaires ont prévu d'organiser un rassemblement de protestation devant le bureau présidentiel pour exiger son retrait.

«Exiger l'entrée à l'école primaire à cinq ans est inapproprié compte tenu du niveau de développement cognitif et émotionnel des petits enfants», a mis en avant un responsable de l'association de groupes civiques. «Cela pourrait également avoir des effets secondaires négatifs, tels que l'avancement de l'âge de départ de la compétition pour l'entrée à l'université et l'enseignement privé», a-t-il souligné.

Depuis samedi, des groupes civiques recueillent des signatures, principalement en ligne, pour leur pétition réclamant le retrait du projet.Un syndicat représentant les enseignants des maternelles publiques à l'échelle nationale devait également organiser un rassemblement séparé contre le plan devant le bureau présidentiel plus tard dans la journée.

Les deux principaux syndicats d'enseignants, la Fédération coréenne des associations d'enseignants (KFTA) et l'Union des enseignants et travailleurs de l'éducation coréens (KTU), ont également exprimé des objections au cours du week-end. «Commencer l'école primaire à cinq ans est une politique qui ne tient pas compte du développement des jeunes enfants», a critiqué un représentant de la KTU, exhortant le gouvernement à «garantir le droit des petits enfants à se développer par le jeu et les relations avec des amis».

Apparaissant dans une émission de la radio CBS, la ministre de l'Education Park Soon-ae a indiqué que le gouvernement pourrait également opter pour un calendrier de mise en œuvre de 12 ans si le plan actuel se heurtait à des objections excessives. «S'il y a trop d'inquiétudes et que le niveau de soutien est faible, le gouvernement pourrait en fait choisir de le mettre en œuvre sur 12 ans, en avançant d'un mois chaque année», a déclaré Park.

Un enfant se promène au Children's Grand Park, dans le quartier de Gwangjin à Séoul, le 31 juillet 2022.

Un enfant se promène au Children's Grand Park, dans le quartier de Gwangjin à Séoul, le 31 juillet 2022.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page