Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le THAAD ne doit pas nuire aux relations Séoul-Pékin, selon les chefs de la diplomatie

Actualités 10.08.2022 à 14h54

QINGDAO/SEOUL, 10 août (Joint Press Corps-Yonhap) -- Les chefs de la diplomatie de la Corée du Sud et de la Chine ont dit mardi lors de leur rencontre que les différends au sujet du système de défense antimissile à haute altitude THAAD ne devaient plus entraver les relations Séoul-Pékin, a déclaré un responsable sud-coréen.

Lors de son premier voyage en Chine depuis son entrée en fonction en mai, le ministre des Affaires étrangères Park Jin a rencontré son homologue Wang Yi dans la ville portuaire orientale de Qingdao.

La rencontre était largement considérée comme cruciale pour donner le ton aux relations Séoul-Pékin sous l'administration conservatrice de Yoon Suk-yeol.

Au cours des discussions, Park et Wang «ont clairement exprimé leurs positions sur le THAAD, et en même temps, ils ont partagé le même point de vue selon lequel la question ne doit pas être un obstacle au développement des relations Corée du Sud-Chine à l'avenir», a rapporté l'officiel à la presse sous la condition habituelle de l'anonymat.

Le ministre des Affaires étrangères, Park Jin (à gauche), et son homologue chinois, Wang Yi, se serrent la main lors d'une réunion dans la ville portuaire de Qingdao, dans l'est de la Chine, le 9 août 2022. (Photo fournie par le ministère des Affaires étrangères. Archivage et revente interdits)

THAAD est l'acronyme du système Terminal High Altitude Area Defense conçu pour abattre les missiles balistiques dans leur phase terminale. Le système utilise un radar de pointe. Pékin craint que le gouvernement de Yoon n'étende le déploiement du THAAD en Corée du Sud dans le but de contrer les menaces balistiques croissantes du Nord.

Les ministres ont également eu des discussions sur la question de la chaîne d'approvisionnement. Park a informé Wang de la décision de Séoul de participer à la réunion préliminaire d'une alliance de semi-conducteurs dirigée par Washington, appelée Chip 4, impliquant le Japon et Taïwan, selon le responsable. Park a clairement indiqué que la décision avait été prise «purement» en considération de l'intérêt national, et non destinée à exclure ou à cibler un pays en particulier, a ajouté l'officiel.

Le ministre sud-coréen des Affaires étrangères est arrivé à Qingdao lundi, devenant le plus haut responsable de l'administration Yoon à se rendre en Chine, deux semaines avant le 30e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques. S'exprimant devant des journalistes du pool au début des pourparlers, Wang a souligné la nécessité pour les deux parties de «maintenir leur indépendance et leur autonomie» sans être affectées par des «obstacles extérieurs».

Il a ajouté que la Chine et la Corée du Sud devraient protéger des chaînes d'approvisionnement stables dans une approche gagnant-gagnant et ne devraient pas interférer dans les affaires intérieures de l'autre, tout en maintenant le «multilatéralisme». Ses remarques sont intervenues alors que les dissensions entre Washington et Pékin se sont aggravées à la suite du récent voyage à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi.

En réponse, Park a souligné que la Corée du Sud et la Chine, en tant que «partenaires de coopération stratégiques», devaient travailler ensemble afin de surmonter les nouveaux défis grâce à une gestion stable des chaînes d'approvisionnement. Concernant la sécurité régionale, il a déclaré que la paix et la stabilité sur la péninsule coréenne sont confrontées à des menaces d'une gravité sans précédent et a demandé le rôle constructif de Pékin pour persuader Pyongyang d'opter pour le dialogue plutôt que pour les provocations. Il a dit espérer que le président Xi Jinping se rende en Corée du Sud «à un moment opportun».

Avant de s'entretenir avec Wang, Park a participé à une réunion en ligne avec des résidents et des hommes d'affaires coréens en Chine. Il a admis que les relations entre Séoul et Pékin sont confrontées à des défis difficiles à relever et souligné les données montrant que la Corée du Sud a affiché un déficit commercial avec la Chine en mai pour la première fois en 28 ans. «Mais le gouvernement continuera à renforcer la coopération économique avec la Chine», a-t-il déclaré.

Il a également tenu une conférence en ligne avec les chefs des missions diplomatiques en Chine. Selon des responsables sud-coréens, Park et Wang sont convenus de tenir leurs entretiens à Qingdao en considération des mesures strictes prises par Pékin en matière de lutte contre le nouveau coronavirus. Park rentrera mercredi en Corée du Sud.

eloise@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

as26@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page