Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La Chine affirme que Séoul s'est engagé à limiter le fonctionnement du THAAD

Actualités 10.08.2022 à 22h16

PEKIN/SEOUL, 10 août (Yonhap) -- Le gouvernement chinois a déclaré ce mercredi que la Corée du Sud s'est engagée à limiter le fonctionnement du système avancé de défense antimissile américain, le THAAD, positionné sur son sol.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a fait cette affirmation, qui va à l'encontre de la position de l'administration conservatrice du président Yoon Suk-yeol sur la question, lors d'un point de presse, un jour après les entretiens entre les ministres des Affaires étrangères sud-coréen et chinois à Qingdao en Chine.

La question du THAAD a été abordée au cours de cinq heures d'entretiens entre le ministre des Affaires étrangères, Park Jin, et son homologue chinois Wang Yi.

Les deux parties sont convenues de s'efforcer de régler cette question épineuse afin qu'elle ne constitue plus une pierre d'achoppement pour les relations bilatérales. Pourtant, il semble que d'importants différends persistent.

La question est de savoir si le gouvernement Yoon respectera l'approche des «trois non» de l'administration progressiste précédente : pas de déploiement supplémentaire du THAAD en Corée, pas de participation à un réseau de défense antimissile dirigé par les Etats-Unis et pas d'implication dans une alliance militaire trilatérale avec le Japon.

De retour à Séoul après son voyage de trois jours en Chine, le ministre des Affaires étrangères a déclaré aux journalistes qu'il a précisé lors de ses entretiens avec Wang qu'il ne s'agissait «ni d'un accord (formel) (avec la Chine) ni d'une promesse». Cela signifie que le principe des trois non n'est pas contraignant pour l'administration Yoon, qui a indiqué qu'elle souhaitait étendre l'utilisation du système THAAD en Corée du Sud afin de contrer les menaces croissantes que représente la Corée du Nord pour la sécurité.

Park a ajouté avoir précisé que le THAAD était un «moyen d'autodéfense» contre les menaces nucléaires et de missiles de la Corée du Nord, et qu'il s'agissait d'une question de souveraineté de la Corée du Sud en matière de sécurité.

Cependant, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Pékin a réaffirmé que Séoul devait maintenir la politique des trois non, qui a été «assermentée officiellement», ainsi que la promesse de restreindre le fonctionnement de la batterie THAAD qui est basée en Corée du Sud depuis 2017.

«(Nous) aimerions souligner que le déploiement du THAAD américain en Corée du Sud nuit clairement aux intérêts stratégiques de sécurité de la Chine», a-t-il déclaré. «La Chine a exprimé ses inquiétudes à la partie sud-coréenne à plusieurs reprises».

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page