Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Le bureau présidentiel affirme que la question du THAAD n'est pas sujette à négociation

Actualités 11.08.2022 à 19h36

SEOUL, 11 août (Yonhap) -- La question du déploiement du système de défense antimissile américain THAAD en Corée du Sud ne fait pas l'objet de négociations, a déclaré ce jeudi le bureau présidentiel, après que Pékin a affirmé que Séoul avait promis de limiter ses opérations au cours de la précédente administration du président Moon Jae-in.

Le THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) a été l'un des principaux sujets de discussion lors de la réunion de cette semaine entre les chefs de la diplomatie de la Corée du Sud et de la Chine dans la ville portuaire chinoise de Qingdao.

Mercredi, le ministère chinois des Affaires étrangères a affirmé que Séoul avait accepté de limiter le fonctionnement de la batterie THAAD à Seongju, en plus de s'en tenir au principe des «trois non» de l'administration progressiste précédente : pas de déploiement supplémentaire du THAAD en Corée, pas de participation à un réseau de défense antimissile dirigé par les Etats-Unis et pas d'implication dans une alliance militaire trilatérale avec le Japon.

Séoul a démenti cette affirmation.

«Notre gouvernement déclare clairement que le THAAD est un outil d'autodéfense visant à protéger la vie et la sécurité de notre peuple contre les menaces nucléaires et balistiques de la Corée du Nord et une question de souveraineté en matière de sécurité qui ne peut jamais faire l'objet de négociations», a souligné un responsable présidentiel devant la presse.

L'unité THAAD a été déployée en Corée du Sud en 2017 malgré l'opposition farouche de Pékin, qui prétend que son radar pourrait être utilisé pour cibler la Chine.

Le gouvernement de l'époque du président Moon Jae-in avait alors dévoilé le principe des «trois non», bien qu'il n'ait pas parlé d'un accord avec Pékin et ait maintenu la base THAAD sous un statut temporaire au milieu d'une enquête d'impact environnemental en cours.

Interrogé sur la date à laquelle l'opération du THAAD devrait être normalisée, le responsable présidentiel a fait savoir qu'elle progressait «à un rythme rapide» et qu'elle serait probablement «presque normalisée d'ici la fin du mois d'août».

Le bureau présidentiel a cependant clarifié plus tard que l'officiel parlait de la normalisation de la base et non de l'opération du THAAD.

L'officiel a également déclaré que le gouvernement tentait de déterminer les intentions derrière la revendication de la Chine mercredi et que le bureau présidentiel n'avait reçu aucune information de l'administration précédente concernant le principe des «trois non» pendant la période de transition.

Xing Haiming, ambassadeur chinois en Corée du Sud, a déclaré plus tôt dans la journée que le THAAD pose le plus grand défi aux relations bilatérales et a appelé à traiter la question de façon adéquate grâce à la «compréhension mutuelle».

«(Les ministres des Affaires étrangères) ont partagé le point de vue selon lequel ils devraient prendre au sérieux les préoccupations de sécurité de l'autre et faire des efforts pour traiter correctement la question afin que ce problème ne devienne pas un obstacle aux relations bilatérales», a déclaré Xing dans un communiqué.

Le bureau présidentiel situé dans le quartier de Yongsan, à Séoul. (Pool photo)

as26@yna.co.kr

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page