Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Pyongyang critique les propos du patron de l'ONU sur la dénucléarisation

Corée du Nord 14.08.2022 à 11h40
Le président Yoon Suk-yeol (à dr.) échange une poignée de main avec le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, avant d'entamer un déjeuner officiel au bureau présidentiel à Séoul, le vendredi 12 août 2022.

SEOUL, 14 août (Yonhap) -- La Corée du Nord a accusé ce dimanche le secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, de manquer d'impartialité en tant que chef de l'organisation mondiale, critiquant ses propos sur la dénucléarisation, que ce dernier a tenus au cours de sa visite à Séoul la semaine dernière.

Dans un communiqué de presse, Kim Son-gyong, vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères en charge des organisations internationales, a dénoncé le patron de l'ONU pour son expression relayée par la presse de «soutien total envers la dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible (CVID)» de la Corée du Nord. Guterres a rencontré le président Yoon Suk-yeol vendredi dernier.

«Je ne peux m'empêcher d'exprimer mes regrets profonds sur les propos formulés par le secrétaire général de l'ONU qui manquent gravement d'impartialité et d'équité et vont à l'encontre des obligations liées à ses fonctions, spécifiées dans la charte de l'ONU, concernant la question de la péninsule coréenne», a déclaré Kim, selon l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

«La soi-disant CVID, mise en avant par les Etats-Unis et leurs forces vassales, est simplement une atteinte à la souveraineté de la RPDC, car elle demande un désarmement unilatéral, et le secrétaire général Guterres sait probablement très bien que la RPDC la refuse catégoriquement», a martelé le vice-ministre des Affaires étrangères. La RPDC est le sigle du nom officiel de la Corée du Nord, la République populaire démocratique de Corée.

Kim a noté que le programme nucléaire nord-coréen était son «choix inévitable» pour défendre sa propre sécurité et appelé Guterres à «faire attention à de tels termes et actes dangereux qui s'apparentent à verser de l'essence sur des flammes» à un moment de «situation extrêmement grave» sur la péninsule coréenne.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page