Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Meurtre d'un officiel des pêches : perquisitions chez des ex-chefs de la défense et du NIS

Corée du Nord 16.08.2022 à 11h04

SEOUL, 16 août (Yonhap) -- Les procureurs ont perquisitionné les domiciles d'un ancien ministre de la Défense et deux ex-chefs du Service national du renseignement (NIS) dans le cadre de l'enquête sur la gestion par l'administration précédente de la mort d'un responsable des pêches aux mains de la Corée du Nord en 2020.

Le Parquet central du district de Séoul a envoyé une équipe de procureurs et d'enquêteurs au domicile de l'ancien ministre de la Défense Suh Wook et à celui des deux anciens directeurs du NIS, Suh Hoon et Park Jie-won plus tôt dans la matinée afin de saisir des preuves, selon des sources judiciaires.

Les perquisitions font partie d'une investigation en cours sur les soupçons selon lesquels Cheong Wa Dae et plusieurs ministères du gouvernement sous l'administration précédente de Moon Jae-in n'ont pas correctement géré la mort du fonctionnaire alors âgé de 47 ans, Lee Dae-jun, en septembre 2020.

Lee a été tué par balles par les garde-côtes du Nord près de la frontière intercoréenne en mer Jaune, un jour après avoir disparu alors qu'il était de service à bord d'un bateau d'inspection des pêches.

Le gouvernement Moon a conclu à l'époque que le responsable avait été tué alors qu'il tentait de faire défection vers le Nord, mais cette conclusion a été infirmée en juin lorsque les garde-côtes du Sud ont annoncé qu'ils n'avaient trouvé aucune preuve concrète à l'appui des allégations de défection.

Park est soupçonné d'avoir ordonné la suppression des rapports de renseignement internes faisant référence au fait que Lee aurait simplement dérivé et n'aurait pas fait défection vers le Nord. L'ex-ministre Suh aurait également ordonné aux responsables de supprimer les informations militaires classifiées connexes. Les procureurs devraient les convoquer tous les trois pour un interrogatoire dès la fin de l'analyse des documents confisqués.

L'ancien directeur du Service national du renseignement (NIS) Park Jie-won (à g.) et l'ex-ministre de la Défense Suh Wook

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page