Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le PD craint que le discours de Yoon ne donne un «mauvais signal» à Tokyo

National 16.08.2022 à 16h29

SEOUL, 16 août (Yonhap) -- La principale formation d'opposition, le Parti démocrate (PD), a critiqué ce mardi le président Yoon Suk-yeol pour s'être engagé à améliorer rapidement les relations avec le Japon lors de son discours prononcé le jour de la Libération hier, affirmant qu'il n'a pas abordé les questions épineuses comme l'esclavage sexuel en temps de guerre et le travail forcé.

Dans son discours de lundi commémorant la fin de la domination coloniale japonaise sur la Corée (1910-1945), Yoon a qualifié Tokyo de «partenaire» dans la lutte contre les menaces communes et s'est engagé à améliorer rapidement les relations avec la nation voisine, mais il n'a pas mentionné les querelles historiques.

«Fermant les yeux sur les questions en suspens, telles que l'indemnisation des victimes du travail forcé et la question des femmes de réconfort, le discours a produit une rhétorique vague des relations Corée-Japon tournées vers l'avenir», a déploré le député Park Hong-keun, chef du groupe parlementaire du PD, lors d'une réunion du parti. Une telle poussée unilatérale pour améliorer les relations pourrait donner un mauvais signal au Japon, a-t-il averti.

Dans son allocution, Yoon s'est engagé à améliorer les relations effilochées entre les deux pays en respectant l'esprit de la déclaration Kim Dae-jung-Obuchi, faisant référence à la déclaration conjointe de 1998 qui appelait à surmonter le passé et à construire de nouvelles relations.

Park a souligné que des excuses appropriées étaient une condition préalable au rétablissement des liens entre les deux nations. «La déclaration Kim Dae-jung-Obuchi est centrée sur une expiation cinglante et des excuses sincères pour la domination coloniale», a mis en avant Park. «Une poussée unilatérale pour améliorer les relations Corée-Japon sans principe ni consensus public donnera un mauvais signal au gouvernement japonais.»

Le député Park Hong-keun, chef du groupe parlementaire du Parti démocrate (PD), la principale formation d'opposition, prend la parole lors d'une réunion du parti à l'Assemblée nationale, le 16 août 2022.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page