Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul exprime ses craintes sur les incitations fiscales américaines pour les VE

Actualités 22.08.2022 à 09h24

SEOUL, 22 août (Yonhap) -- Lors d'une récente conversation téléphonique, le chef de la diplomatie Park Jin a fait part à son homologue américain de ses inquiétudes concernant une nouvelle loi américaine excluant les véhicules électriques construits hors d'Amérique du Nord des allégements fiscaux, a indiqué dimanche une source diplomatique.

Selon la source, le ministre Park Jin a abordé vendredi dernier le sujet lors de son appel avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken. Le projet de loi de 430 milliards de dollars, appelé Inflation Reduction Act, a été promulgué mardi dernier par le président américain Joe Biden. Il appelle à étendre les subventions fiscales pour les acheteurs de véhicules électriques (VE), mais uniquement pour les VE assemblés en Amérique du Nord.

Le projet de loi contient également des dispositions visant à interdire aux véhicules électriques de bénéficier des avantages s'ils sont équipés de batteries ou de composants de batterie fabriqués à partir de minéraux en provenance de Chine.

Le ministre des Affaires étrangères Park Jin s'exprime lors d'une réunion de la commission des affaires étrangères à l'Assemblée nationale à Séoul, le vendredi 19 août 2022. (Pool photo)

Les principaux constructeurs automobiles du pays, dont Hyundai Motor Co. et Kia Corp., ont exprimé leurs inquiétudes à propos de cette loi, car ils fabriquent leurs véhicules électriques phares, tels que les Ioniq 5 et EV6, dans des usines nationales et les expédient à l'étranger. Les modèles phares de VE des deux fabricants ont gagné du terrain sur le marché américain ces dernières années.

Selon la source, Park a déclaré à Blinken que ces constructeurs automobiles s'inquiétaient de la nouvelle loi et demandaient une mise en œuvre flexible par les Etats-Unis. A la suite de la conversation, le ministère des Affaires étrangères et le département d'Etat amécricain ont chacun publié un communiqué de presse, mais aucun n'a divulgué de détails sur ce sujet.

Le même jour, Park a annoncé à la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale qu'il était au courant des préoccupations des entreprises du pays concernant la nouvelle loi américaine et qu'il avait informé les Etats-Unis «par divers canaux». Park a également noté que la loi sur la réduction de l'inflation pourrait violer l'accord de libre-échange entre la Corée du Sud et les Etats-Unis et la clause de la nation la plus favorisée dans le cadre des pactes de l'Organisation mondiale du commerce.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page