Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Séoul, Washington et Tokyo promettent la fermeté en cas d'essai nucléaire nord-coréen

Actualités 02.09.2022 à 08h28
Pour une réunion trilatérale
Pour une réunion trilatérale

Le conseiller à la sécurité nationale Kim Sung-han prend la direction de Hawaï, à l'aéroport international d'Incheon, à l'ouest de Séoul, le mercredi 31 août 2022, pour assister à une réunion avec ses homologues américain et japonais, Jake Sullivan et Takeo Akiba, respectivement.

Kim Sung-han, conseiller à la sécurité nationale de la Corée du Sud, à Honolulu.

Kim Sung-han, conseiller à la sécurité nationale de la Corée du Sud, à Honolulu.

HONOLULU/SEOUL, 02 sept. (Yonhap) -- La Corée du Sud, le Japon et les Etats-Unis sont convenus de prendre des mesures fermes dans l'éventualité d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen, a dit jeudi (heure locale) Kim Sung-han, le plus haut conseiller à la sécurité nationale de Séoul, en ajoutant que leur réaction sera différente de celles du passé. Kim a fait cette déclaration après une réunion trilatérale avec ses homologues américain et japonais, Jake Sullivan et Akiba Takeo Akiba respectivement, à Honolulu.

«(Nous) avons été d'accord pour dire qu'il ne faut pas penser ou réagir naïvement au fait que la Corée du Nord a mené six tests nucléaires et que (un nouvel essai) ne serait qu'un test nucléaire de plus», a souligné Kim avant de prendre son vol de retour. «Si la Corée du Nord réalise un septième essai nucléaire, notre réaction sera certainement différente de celles jusqu'à maintenant», a-t-il poursuivi.

Des officiels à Séoul et Washington ont dit plus tôt que le Nord semblait avoir achevé «toutes les préparations» pour un test nucléaire et qu'il n'étudiait que le timing. Le sixième et dernier essai nucléaire a eu lieu en septembre 2019.

Cependant, Kim a refusé de donner des détails sur les mesures concrètes que les trois pays pourraient prendre en cas de nouvel essai nucléaire nord-coréen. Il s'est contenté de dire qu'elles seraient «maximisées» pour faire réaliser à Pyongyang qu'il a pris une «mauvaise décision».

Cette réunion entre hauts conseillers à la sécurité nationale de la Corée du Sud, des Etats-Unis et du Japon était la première du genre en 16 mois et la toute première pour Kim qui a accédé à ce poste cette année. Elle est survenue également après que le président Yoon Suk-yeol a proposé, dans le cadre d'un «plan audacieux», des projets d'aide au Nord si celui-ci s'engage à se dénucléariser.

Kim a dit que Washington et Tokyo ont montré des «réactions positives» à l'initiative sud-coréenne visant la reprise du dialogue avec Pyongyang. «(Les trois pays) sont tombés d'accord pour travailler étroitement pour que la Corée du Nord accepte la proposition», a-t-il ajouté.

xb@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page