Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul et Washington vont chercher à renforcer la crédibilité de la dissuasion élargie

Actualités 14.09.2022 à 10h13
Le vice-ministre de la Défense Shin Beom-chul répond le mardi 13 septembre 2022 à des questions de journalistes à son arrivée à l'aéroport international de Washington-Dulles.

SEOUL/WASHINGTON, 14 sept. (Yonhap) -- La Corée du Sud et les Etats-Unis discuteront des mesures concrètes pour renforcer la crédibilité de la dissuasion élargie face aux menaces militaires nord-coréennes croissantes, a déclaré mardi le vice-ministre de la Défense Shin Beom-chul.

Shin est arrivé mardi à Washington pour participer à une session du Groupe stratégique et consultatif sur la dissuasion élargie (EDSCG) prévue ce vendredi au département d'Etat américain. Il s'agira de la première réunion de l'EDSCG en quatre ans et huit mois alors que cette plate-forme a été suspendue depuis sa deuxième et dernière session en janvier 2018, lorsque le gouvernement progressiste Moon Jae-in de l'époque cherchait à mettre en œuvre un plan visant à promouvoir le rapprochement et la coopération entre les deux Corées.

La prochaine réunion de l'EDSCG sera l'occasion de «réaffirmer l'engagement des Etats-Unis pour une dissuasion élargie renforcée et de discuter avec les Etats-Unis des mesures concrètes pour renforcer sa crédibilité», a indiqué Shin en ajoutant qu'elle fera suite à l'accord parvenu entre le président Yoon Suk-yeol et son homologue américain Joe Biden lors de leur sommet en mai dernier à Séoul.

La dissuasion élargie fait référence à l'engagement des Etats-Unis à mobiliser toutes leurs capacités militaires, y compris les options nucléaires, pour défendre leur allié.

Outre Shin, le vice-ministre des Affaires étrangères Cho Hyun-dong participera à la réunion alors que la partie américaine sera représentée par Colin H. Kahl, sous-secrétaire à la Défense pour les politiques, et Bonnie Denise Jenkins, sous-secrétaire d'Etat pour la maîtrise des armes et la sécurité internationale.

Le vice-ministre de la Défense a également indiqué que les prochaines discussions entre Séoul et Washington auraient pour but d'élaborer des mesures à prendre pour rassurer la population au cas où la Corée du Nord effectuerait un nouvel essai nucléaire et de faire fonctionner la dissuasion élargie des Etats-Unis sans accroc.

Il a aussi fait part de son plan de se rendre à l'Agence de défense antimissile (MDA) et au cybercommandement des Etats-Unis, ainsi qu'à la base aérienne d'Andrews pour inspecter les actifs stratégiques clés en ajoutant que des photos de ces actifs stratégiques pourront être dévoilées.

La semaine dernière, la Corée du Nord a adopté une nouvelle loi permettant d'effectuer «automatiquement et immédiatement» une frappe nucléaire en cas d'attaque par des «forces hostiles».

Sur fond de possibilité de voir Pyongyang procéder à de nouveaux actes de provocation tels qu'un tir de missile balistique intercontinental ou un essai nucléaire, le conseiller à la sécurité nationale Kim Sung-han a récemment déclaré que «si la Corée du Nord réalise un septième essai nucléaire, notre réaction sera certainement différente de celles jusqu'à maintenant».

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page